A-3.001, r. 13 - Règlement sur la procédure de recrutement et de sélection des personnes aptes à être nommées commissaires à la Commission des lésions professionnelles et sur celle de renouvellement du mandat de ces commissaires

Texte complet
chapitre A-3.001, r. 13
Règlement sur la procédure de recrutement et de sélection des personnes aptes à être nommées commissaires à la Commission des lésions professionnelles et sur celle de renouvellement du mandat de ces commissaires
ACCIDENTS DU TRAVAIL — RECRUTEMENT — COMMISSAIRES
Loi sur les accidents du travail et les maladies professionnelles
(chapitre A-3.001, a. 388, 390, 391, 395 et 396)
A-3.001
1er janvier 2016
Abrogé implicitement, 2015, c. 15, a. 53.
SECTION I
AVIS DE RECRUTEMENT
1. Lorsqu’il y a lieu de constituer une liste de personnes aptes à être nommées commissaires à la Commission des lésions professionnelles, le secrétaire général associé responsable des emplois supérieurs au ministère du Conseil exécutif publie un avis de recrutement dans une publication circulant ou diffusée dans tout le Québec qui invite les personnes intéressées à soumettre leur candidature à la fonction de commissaire de la Commission.
D. 566-98, a. 1.
2. L’avis de recrutement donne:
1°  une description sommaire des fonctions de commissaire;
2°  l’indication du lieu où le commissaire peut être appelé à exercer principalement ses fonctions;
3°  en substance, les conditions et critères de sélection prévus par la Loi et le présent règlement et, le cas échéant, les exigences professionnelles, de formation ou d’expériences particulières recherchées compte tenu des besoins de la Commission;
4°  en substance, le régime de confidentialité applicable dans le cadre de la procédure de sélection et une indication de la possibilité pour le comité de sélection de faire des consultations relativement aux candidatures;
5°  la date avant laquelle une candidature doit être soumise et l’adresse où elle doit être transmise.
D. 566-98, a. 2.
3. Une copie de l’avis est transmise au ministre du Travail et au président de la Commission.
D. 566-98, a. 3.
SECTION II
CANDIDATURE
4. La personne qui désire soumettre sa candidature transmet son curriculum vitae et les renseignements suivants:
1°  son nom ainsi que l’adresse et le numéro de téléphone de sa résidence et, le cas échéant, de son lieu de travail;
2°  sa date de naissance;
3°  la nature des activités qu’elle a exercées et qu’elle considère lui avoir permis d’acquérir l’expérience pertinente requise;
4°  le cas échéant, la preuve qu’elle possède les qualités indiquées dans l’avis, la date à laquelle elle a acquis ces qualités et le nombre d’années durant lesquelles elle a oeuvré en ces qualités;
5°  le cas échéant, le fait d’avoir été déclaré coupable d’un acte ou d’une infraction criminels ou d’avoir fait l’objet d’une décision disciplinaire ainsi que l’indication de l’acte, de l’infraction ou du manquement en cause et de la peine ou de la mesure disciplinaire imposée;
6°  le cas échéant, le fait d’avoir été déclaré coupable d’une infraction pénale, ainsi que l’indication de l’infraction en cause et de la peine imposée, s’il est raisonnable de croire qu’une telle infraction serait susceptible de mettre en cause l’intégrité ou l’impartialité de la Commission ou du candidat, d’affecter sa capacité de remplir ses fonctions ou de détruire la confiance du public envers le titulaire de la charge;
7°  le cas échéant, le nom de ses employeurs ou de ses associés au cours des 10 dernières années;
8°  le cas échéant, le fait d’avoir, dans les 3 années précédentes, présenté sa candidature à la fonction de commissaire de la Commission;
9°  un exposé démontrant son intérêt à exercer les fonctions de commissaire de la Commission.
Cette personne doit également transmettre un écrit par lequel elle accepte qu’une vérification soit faite à son sujet, notamment auprès d’un organisme disciplinaire, d’un ordre professionnel dont elle est ou a été membre, de ses employeurs des 10 dernières années et des autorités policières et que, le cas échéant, des consultations soient faites auprès des personnes ou sociétés mentionnées à l’article 14.
D. 566-98, a. 4.
SECTION III
FORMATION D’UN COMITÉ DE SÉLECTION
5. À la suite de la publication de l’avis de recrutement, le secrétaire général associé responsable des emplois supérieurs au ministère du Conseil exécutif forme un comité de sélection dont il désigne le président, en y nommant:
1°  le président de la Commission ou, après consultation de celui-ci, un autre commissaire de la Commission;
2°  un membre du personnel du ministère du Conseil exécutif ou du ministère du Travail;
3°  un représentant des milieux intéressés qui n’est ni avocat ni notaire et un représentant du milieu juridique, ou encore l’un d’entre eux.
D. 566-98, a. 5.
6. Un membre du comité doit se récuser à l’égard d’un candidat lorsque son impartialité pourrait être mise en doute, notamment lorsqu’il:
1°  en est ou en a déjà été le conjoint;
2°  en est le parent ou l’allié, jusqu’au degré de cousin germain inclusivement;
3°  en est ou en a déjà été l’employeur, l’employé ou l’associé, au cours des 10 dernières années; toutefois, le membre qui est à l’emploi de la fonction publique n’a l’obligation de se récuser à l’égard d’un candidat que s’il est ou a été sous sa direction immédiate ou s’il en est ou en a déjà été le supérieur immédiat.
Lorsqu’un membre du comité se récuse, est absent ou empêché, la décision est prise par les autres membres.
D. 566-98, a. 6.
7. Avant d’entrer en fonction, les membres du comité prêtent serment en affirmant solennellement ce qui suit: «Je (prénom et nom) jure de ne rien révéler ni faire connaître sans y être dûment autorisé quoi que ce soit dont j’aurai eu connaissance dans l’exercice de ma charge.».
Cette obligation est exécutée devant un membre du personnel du ministère du Conseil exécutif ou du ministère du Travail habilité à recevoir le serment.
L’écrit constatant le serment est transmis au secrétaire général associé.
D. 566-98, a. 7.
8. Une personne peut être nommée membre de plusieurs comités simultanément.
D. 566-98, a. 8.
9. Les frais de voyage et de séjour des membres du comité sont remboursés conformément au Décret concernant les règles sur les frais de déplacement des présidents, vice-présidents et membres d’organismes gouvernementaux (D. 2500-83, 83-11-30).
Outre le remboursement des frais, le président et les membres du comité qui ne sont pas commissaires de la Commission ou à l’emploi d’un ministère ou d’un organisme du gouvernement ont droit respectivement à des honoraires de 250 $ ou 200 $ par demi-journée de séance à laquelle ils participent.
D. 566-98, a. 9; D. 383-2003.
SECTION IV
FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE SÉLECTION
10. La liste des candidats et leurs dossiers sont transmis au président du comité de sélection.
D. 566-98, a. 10.
11. Le comité analyse les dossiers des candidats et retient la candidature de ceux qui, à son avis, répondent aux conditions d’admissibilité et, le cas échéant, satisfont aux mesures d’évaluation auxquelles il peut en outre les soumettre, compte tenu des postes à combler ou du nombre élevé de candidats.
D. 566-98, a. 11.
12. Le président du comité informe les candidats jugés admissibles à cette étape de la date et de l’endroit où le comité les rencontrera et informe les autres candidats que leur candidature n’a pas été retenue et que, ce faisant, ils ne seront pas convoqués.
D. 566-98, a. 12.
13. Le rapport du comité fait état des candidatures rejetées à cette étape et en donne les motifs.
D. 566-98, a. 13.
SECTION V
CONSULTATIONS ET CRITÈRES DE SÉLECTION
14. Le comité peut, sur tout élément du dossier d’un candidat ou sur tout autre aspect relatif à une candidature ou à l’ensemble des candidatures, consulter notamment:
1°  toute personne qui, au cours des 10 dernières années, a été un employeur, un associé ou un supérieur immédiat ou hiérarchique du candidat;
2°  toute personne morale, société ou association professionnelle dont un candidat est ou a été membre.
D. 566-98, a. 14.
15. Les critères de sélection dont le comité tient compte pour déterminer l’aptitude d’un candidat sont:
1°  les qualités personnelles et intellectuelles du candidat;
2°  l’expérience que le candidat possède et la pertinence de cette expérience à l’exercice des fonctions de la Commission;
3°  le degré de connaissance et d’habileté du candidat, compte tenu des exigences professionnelles, de formation ou d’expériences particulières indiquées dans l’avis de recrutement;
4°  les habiletés à exercer des fonctions juridictionnelles;
5°  la capacité de jugement du candidat, son ouverture d’esprit, sa perspicacité, sa pondération, son esprit de décision et la qualité de son expression;
6°  la conception que le candidat se fait des fonctions de commissaire de la Commission.
D. 566-98, a. 15.
SECTION VI
RAPPORT DU COMITÉ DE SÉLECTION
16. Les décisions du comité sont prises à la majorité des membres. En cas d’égalité, le président du comité a une voix prépondérante.
D. 566-98, a. 16.
17. Le comité soumet avec diligence et au plus tard 30 jours après que le secrétaire général associé responsable des emplois supérieurs au ministère du Conseil exécutif lui en ait fait la demande, un rapport:
1°  qui indique les noms des candidats que le comité a rencontrés et qu’il déclare aptes à être nommés commissaires à la Commission, leur profession et les coordonnées relatives à leur lieu de travail;
2°  qui contient tout commentaire que le comité juge opportun de faire notamment à l’égard des caractéristiques ou compétences particulières des candidats jugés aptes.
Ce rapport est soumis au secrétaire général associé et au ministre du Travail.
D. 566-98, a. 17.
18. À moins qu’il ne puisse y parvenir, le comité déclare apte un nombre de candidats correspondant normalement au moins au double du nombre de postes à combler, le cas échéant.
D. 566-98, a. 18.
19. Un membre du comité peut inscrire sa dissidence à l’égard de l’ensemble ou d’une partie du rapport.
D. 566-98, a. 19.
SECTION VII
TENUE DU REGISTRE DES DÉCLARATIONS D’APTITUDES
20. Le secrétaire général associé responsable des emplois supérieurs au ministère du Conseil exécutif écrit aux candidats pour les informer qu’ils ont ou non été déclarés aptes à être nommés commissaires à la Commission.
D. 566-98, a. 20.
21. Le secrétaire général associé tient à jour le registre des déclarations d’aptitudes et y inscrit la liste des personnes déclarées aptes à être nommées commissaires à la Commission.
La déclaration d’aptitude est valide pour une période de 3 ans à compter de son inscription au registre.
Il radie une inscription à l’expiration de la période de validité de la déclaration d’aptitudes, ou lorsque la personne est nommée commissaire à la Commission, décède ou demande que son inscription soit retirée du registre.
D. 566-98, a. 21.
SECTION VIII
RECOMMANDATION
22. Dès qu’il est informé qu’un poste est à combler, le secrétaire général associé responsable des emplois supérieurs au ministère du Conseil exécutif transmet une copie de la liste à jour des personnes déclarées aptes au ministre du Travail.
D. 566-98, a. 22.
23. Si le ministre du Travail estime que, dans le meilleur intérêt du bon accomplissement des fonctions de la Commission, il ne peut, compte tenu de la liste des personnes aptes à être nommées commissaires, recommander la nomination d’une personne, il demande alors au secrétaire général associé de faire publier, conformément à la section I, un avis de recrutement.
Le comité chargé d’évaluer l’aptitude des candidats dont la candidature est soumise à la suite d’un autre avis de recrutement et de faire rapport au secrétaire général associé et au ministre peut être formé de personnes ayant déjà été désignées pour agir au sein d’un comité précédent.
D. 566-98, a. 23.
24. Le ministre du Travail, après avoir consulté le Comité consultatif du travail et de la main-d’oeuvre visé à l’article 12.1 de la Loi sur le ministère du Travail (chapitre M-32.2), recommande au gouvernement le nom d’une personne ayant été déclarée apte à être nommée commissaire à la Commission.
Lorsqu’il s’agit de combler le poste de président ou un poste de vice-président de la Commission, le ministre du Travail, après avoir consulté le Comité consultatif du travail et de la main-d’oeuvre, recommande au gouvernement le nom d’un commissaire de la Commission ou celui d’une personne ayant été déclarée apte à être nommée commissaire à la Commission.
D. 566-98, a. 24; L.Q. 2011, c. 16, a. 90.
SECTION IX
RENOUVELLEMENT DES MANDATS
25. Dans les 12 mois précédant la date d’échéance du mandat d’un commissaire, le secrétaire général associé responsable des emplois supérieurs au ministère du Conseil exécutif demande à ce commissaire de lui fournir les renseignements mentionnés aux paragraphes 5º et 6º de l’article 4 et de lui transmettre un écrit par lequel il accepte qu’une vérification soit faite à son sujet, notamment auprès d’un organisme disciplinaire, d’un ordre professionel dont il est ou a été membre et des autorités policières et que, le cas échéant, des consultations soient faites auprès des personnes ou sociétés mentionnées à l’article 14.
D. 566-98, a. 25.
26. Le secrétaire général associé forme, pour examiner le renouvellement du mandat de ce commissaire, un comité dont il désigne le président.
Le comité est formé d’un représentant du milieu juridique, d’une personne retraitée ayant exercé une fonction juridictionnelle au sein d’un organisme de l’ordre administratif et d’un représentant du milieu universitaire membre d’un ordre professionnel qui ne font pas partie de l’Administration gouvernementale au sens de la Loi sur l’administration publique (chapitre A-6.01) ni ne la représentent.
Les articles 6 à 9 s’appliquent alors.
D. 566-98, a. 26; D. 1194-2002, a. 1.
27. Le comité vérifie si le commissaire satisfait toujours aux critères établis à l’article 15, considère les évaluations annuelles de son rendement et tient compte des besoins de la Commission. Le comité peut, sur tout élément du dossier, effectuer les consultations prévues à l’article 14.
D. 566-98, a. 27; D. 1194-2002, a. 2.
28. Les décisions du comité sont prises à la majorité des membres. En cas d’égalité, le président du comité a une voix prépondérante. Un membre peut inscrire sa dissidence.
Le comité transmet sa recommandation au secrétaire général associé et au ministre du Travail.
D. 566-98, a. 28.
29. Le secrétaire général associé est l’agent habilité à notifier au commissaire l’avis de non-renouvellement.
D. 566-98, a. 29.
SECTION X
CONFIDENTIALITÉ
30. Le nom des candidats, les rapports des comités de sélection ou de renouvellement de mandats, le registre, la liste des candidats déclarés aptes à être nommés commissaires à la Commission ainsi que tout renseignement ou document se rattachant à une consultation ou à une décision d’un comité sont confidentiels.
Toutefois, le commissaire dont le mandat n’est pas renouvelé peut consulter la recommandation du comité de renouvellement qui le concerne.
D. 566-98, a. 30.
31. (Omis).
D. 566-98, a. 31.
RÉFÉRENCES
D. 566-98, 1998 G.O. 2, 2391
D. 1194-2002, 2002 G.O. 2, 7181
L.Q. 2011, c. 16, a. 90