S-4.1.1, r. 2 - Règlement sur les services de garde éducatifs à l’enfance

Texte complet
ANNEXE II
(a. 121. 121.6)
PROTOCOLES
1. PROTOCOLE POUR L’ADMINISTRATION D’ACÉTAMINOPHÈNE EN CAS DE FIÈVRE
Acétaminophène est le nom générique du médicament commercialement offert sous les marques suivantes: Atasolmc, Tempramc, Tylénolmc et autres marques maison. L’acétaminophène possède des propriétés analgésiques (diminue la douleur) et antipyrétiques (diminue la fièvre). Il ne possède pas de propriétés anti-inflammatoires. Bien qu’il s’agisse d’un médicament de vente libre, son utilisation ne doit pas être prise à la légère.
Le Règlement sur les services de garde éducatifs à l’enfance (chapitre S-4.1.1, r. 2) prévoit que l’acétaminophène peut être administré à un enfant reçu par un prestataire de services de garde, sans autorisation médicale, pourvu qu’il le soit conformément au présent protocole et que le parent y consente par écrit. Le parent doit déclarer toute allergie médicamenteuse connue à l’acétaminophène. En cas d’allergie, l’acétaminophène ne peut être administré par le service de garde. Le poids de l’enfant doit être précisé au formulaire d’autorisation en kilogramme et revalidé minimalement aux 3 mois auprès des parents (initiales d’un parent requises).
Le parent n’est pas tenu de consentir à l’application du protocole. Toutefois, si le parent ne signe pas le formulaire d’autorisation, ce médicament ne pourra être administré à son enfant que si lui-même et un membre du Collège des médecins du Québec donnent leur autorisation par écrit.
RÈGLES DE BASE À RESPECTER
Selon le présent protocole, l’acétaminophène peut être administré uniquement pour atténuer la fièvre. Il ne peut être administré:
— à des enfants de moins de 3 mois (la présence de fièvre à cet âge nécessite une consultation médicale);
— pour soulager la douleur (la présence de douleur nécessite une consultation médicale);
— pendant plus de 48 heures consécutives (2 jours);
— à des enfants ayant reçu un médicament contenant de l’acétaminophène dans les 4 heures précédentes.
Dans ces 4 cas, le protocole ne s’applique pas et des autorisations médicales et parentales écrites sont requises pour administrer l’acétaminophène.
On ne doit jamais administrer d’acétaminophène avant d’avoir mesuré la température d’un enfant à l’aide d’un thermomètre.
Le prestataire de services de garde peut avoir son propre contenant d’acétaminophène; la marque de commerce, la forme (ex. suspension liquide) et la concentration (milligrammes/millilitres soit 80 mg/ml, 80 mg/5 ml ou 160 mg/5 ml) doivent alors être inscrites sur le formulaire d’autorisation.
Lorsqu’il se procure de l’acétaminophène à la pharmacie, le prestataire de services de garde doit prendre soin d’acheter un produit contenant uniquement de l’acétaminophène. Les produits qui combinent de l’acétaminophène et d’autres médicaments (décongestionnants, antitussifs ou expectorants) sont strictement interdits d’utilisation. On ne doit pas hésiter à demander conseil au pharmacien pour l’achat d’un format d’acétaminophène à la bonne concentration et au meilleur coût. Les marques maison d’acétaminophène vendues en pharmacie sont toutes aussi efficaces que les marques d’origines et sont souvent moins chères.
Afin de minimiser le risque d’erreur, le prestataire de services de garde doit conserver une seule concentration d’acétaminophène liquide (80 mg/ml, 80 mg/5 ml ou 160 mg/5 ml). S’il reçoit seulement des enfants de moins de 18 mois, il est recommandé d’utiliser une concentration de 80 mg/ml. S’il reçoit seulement des enfants de plus de 18 mois, il est recommandé d’utiliser une concentration de 80 mg/5 ml ou de 160 mg/5 ml. Si le prestataire de services de garde reçoit des enfants de tous les groupes d’âge, il doit choisir et conserver une seule des 3 concentrations disponibles (80 mg/ml, 80 mg/5 ml ou 160 mg/5 ml).
On doit privilégier l’utilisation de la forme liquide d’acétaminophène. Les comprimés sont à éviter puisqu’ils ne permettent pas un dosage précis particulièrement chez les enfants de moins de 5 ans.
Le prestataire de services de garde doit s’assurer de ne conserver que des formats d’acétaminophène ayant une date d’expiration valide. Les formats d’acétaminophène périmés doivent être retournés à la pharmacie aux fins de destruction.
Les formats d’acétaminophène doivent être conservés hors de portée des enfants et sous clé.
Il est strictement interdit d’utiliser des formulations d’acétaminophène pour adulte (comprimés de 500 mg et de 325 mg).
L’administration de l’acétaminophène doit être inscrite à la fiche d’administration des médicaments. Le parent doit être informé du nombre d’administrations quotidiennes ainsi que des heures d’administration.
CE QU’IL FAUT SAVOIR
Qu’est-ce que la fièvre?
La fièvre est une température du corps plus élevée que la normale. Cette dernière peut cependant varier quelque peu selon les enfants, la période de la journée, la température extérieure et le niveau d’activités. La cause de la fièvre demeure toutefois plus importante que le degré.
On considère généralement qu’il y a fièvre si la température mesurée avec un thermomètre indique une valeur supérieure à la normale. La valeur varie selon la voie utilisée pour la prise de la température.
Valeurs à partir desquelles il y a présence de fièvre selon les voies utilisées


Voies utilisées pour la Valeurs en degrés Celcius
prise de la température (°C) à partir desquelles on
doit considérer que
l’enfant fait de la fièvre


Orale (par la bouche) 38 °C et plus


Rectale (par le rectum) 38,5 °C et plus


Tympanique (dans l’oreille) 38,5 °C et plus


Axillaire (sous l’aisselle) 37,5 °C et plus


Comment prendre la température?
La seule façon sûre de mesurer la fièvre est de prendre la température. La température d’un enfant doit être vérifiée chaque fois que son état général (pleurs difficiles à apaiser, perte d’énergie, altération de l’état général, diminution de l’appétit, irritabilité, etc.) ou que des symptômes physiques (rougeurs aux joues, chaleur excessive de la peau, sueurs) permettent de soupçonner qu’il est fiévreux. La prise de la température par la voie rectale est la plus fiable alors que la prise de la température par la voie axillaire (sous l’aisselle) est la moins fiable.
Il est recommandé de:
— prendre la température par voie rectale chez les enfants de moins de 2 ans. À cet âge, pour savoir s’ils font de la fièvre, on peut aussi procéder à une première mesure de la température par la voie axillaire (sous l’aisselle). Si la valeur mesurée est égale ou supérieure à 37,5 °C, on doit alors procéder à une deuxième prise de la température par la voie rectale pour confirmer hors de tout doute que l’enfant fait de la fièvre;
— prendre la température par voie axillaire ou tympanique (dans l’oreille) pour les enfants qui ont entre 2 et 5 ans;
— prendre la température par voie orale seulement chez les enfants de plus de 5 ans. La voie tympanique (dans l’oreille) peut aussi être utilisée chez ces enfants;
— utiliser le thermomètre approprié. Les thermomètres en verre et au mercure ne doivent pas être utilisés en raison des risques d’exposition accidentelle à cette substance toxique s’ils se cassent. On ne doit pas non plus utiliser les bandelettes thermosensibles (bandes que l’on appose sur le front ou les joues), car elles ne sont pas précises. Les thermomètres électroniques sont recommandés;
— toujours utiliser des embouts de plastique jetables, car ils sont plus hygiéniques. On doit aussi désinfecter adéquatement le thermomètre entre chaque usage selon les recommandations de son fabricant;
— appliquer un gel lubrifiant à base d’eau ou de gelée de pétrole provenant d’un sachet à dose unique sur l’embout de plastique jetable avant de prendre la température par voie rectale;
— si l’enfant vient de faire une activité physique ou s’il a bu un liquide froid ou chaud, il est nécessaire d’attendre 20 minutes avant de prendre la température;
— toujours respecter la durée indiquée selon le thermomètre utilisé pour prendre la température, car cette durée peut varier d’un thermomètre à l’autre.
CE QU’IL FAUT FAIRE
Enfants de moins de 3 mois
Si l’enfant a moins de 3 mois et s’il s’agit de fièvre, c’est-à-dire, si la température rectale est de 38,5 °C et plus, il faut:
— habiller l’enfant confortablement et légèrement;
— le faire boire plus souvent;
— surveiller l’enfant et reprendre la température après 60 minutes ou plus tôt si son état général semble se détériorer;
— prévenir immédiatement le parent, lui demander de venir chercher l’enfant et, dans l’intervalle, appliquer les mesures indiquées précédemment;
— si le parent ne peut venir chercher l’enfant, appeler les personnes désignées en cas d’urgence et si on ne peut les joindre, conduire l’enfant à un service médical, au CLSC ou à l’urgence d’un centre hospitalier; ne pas administrer d’acétaminophène à moins d’une autorisation médicale écrite pour cet enfant.
Enfants de 3 mois et plus
Si l’enfant a 3 mois ou plus et s’il s’agit de fièvre, c’est-à-dire si la température rectale ou tympanique est de 38,5 °C et plus ou si la température axillaire est de 37,5 °C et plus si l’enfant a plus de 2 ans, il faut:
— habiller l’enfant confortablement et légèrement;
— le faire boire plus souvent;
— surveiller l’enfant et reprendre la température après 60 minutes ou plus tôt si son état général semble se détériorer;
— informer le parent de l’état de l’enfant;
— administrer, si on le juge nécessaire pour soulager l’enfant, de l’acétaminophène selon la posologie indiquée dans le tableau inclus dans le présent protocole, ou selon la posologie inscrite sur le contenant du médicament et conformément aux règles prévues par le présent protocole;
— une heure après l’administration de l’acétaminophène, prendre de nouveau la température et si elle n’a pas baissé ou si l’état général de l’enfant ne s’améliore pas, demander au parent de venir chercher l’enfant. Si on ne peut pas le joindre, appeler les personnes désignées en cas d’urgence et, si on ne peut les joindre, conduire l’enfant à un service médical, au CLSC ou à l’urgence d’un centre hospitalier.
Détermination de la dose d’acétaminophène et son administration
Il n’est pas toujours nécessaire de donner un médicament pour faire baisser la fièvre si l’enfant n’a pas d’autres symptômes.
Lorsqu’on utilise de l’acétaminophène, il faut:
— vérifier le poids de l’enfant inscrit à son dossier. Pour un traitement efficace, le poids, et non l’âge, doit déterminer la posologie exacte. En cas de doute, valider le poids de l’enfant auprès du parent;
— toujours expliquer à l’enfant avec des mots simples, adaptés à son âge, le lien entre son état, le médicament à prendre et le résultat escompté;
— se laver les mains avant de manipuler le médicament;
— toujours vérifier:
— le nom du produit sur le contenant afin de s’assurer qu’il s’agit bien d’acétaminophène;
— la concentration d’acétaminophène (80 mg/ml, 80 mg/5 ml ou 160 mg/5 ml) inscrite sur le contenant du produit avant de déterminer la dose à administrer;
— la date d’expiration du produit;
— déterminer la dose à administrer à l’aide du tableau inclus dans le présent protocole ou selon les indications du fabricant du produit;
— ne jamais dépasser la dose indiquée dans le tableau inclus au présent protocole ou celle qui figure sur le contenant du médicament;
— toujours mesurer avec précision, à l’aide d’une seringue orale graduée en millilitre ou d’un compte-gouttes gradué en millilitre, la dose à administrer d’acétaminophène sous forme liquide. On ne doit jamais utiliser de cuillère de cuisine. L’utilisation d’une seringue orale graduée en millilitre est particulièrement recommandée puisqu’elle permet de mesurer la dose avec une plus grande précision;
— agiter le contenant d’acétaminophène avant de prélever la dose s’il s’agit d’une suspension;
— une fois la dose mesurée à l’aide de la seringue orale graduée ou du compte-gouttes gradué, verser le médicament dans une cuillère graduée en millilitre ou un gobelet gradué en millilitre et l’administrer à l’enfant; il ne faut jamais mettre le compte-gouttes ou la seringue directement dans la bouche de l’enfant sauf s’il s’agit d’un compte-gouttes ou d’une seringue à usage unique. La cuillère ou le gobelet utilisé doivent être lavés à l’eau chaude savonneuse après usage, si on souhaite les réutiliser;
— se laver les mains après l’administration du médicament.
Doses d’acétaminophène à administrer à un enfant en fonction de son poids


Poids de Volume de médicament à administrer selon la concentration
l’enfant du produit à base d’acétaminophène



Kilogrammes 80 mg/ml 80 mg/5 ml 160 mg/5 ml
(kg)



4,3 - 5,3 0,8 ml 4 ml 2,0 ml


5,4 - 6,3 1,0 ml 5 ml 2,5 ml


6,4 - 7,4 1,2 ml 6 ml 3,0 ml


7,5 - 8,5 1,4 ml 7 ml 3,5 ml


8,6 - 9,5 1,6 ml 8 ml 4,0 ml


9,6 - 10,6 1,8 ml 9 ml 4,5 ml


10,7 - 11,7 2,0 ml 10 ml 5,0 ml


11,8 - 12,7 2,2 ml 11 ml 5,5 ml


12,8 - 13,8 2,4 ml 12 ml 6,0 ml


13,9 - 14,9 2,6 ml 13 ml 6,5 ml


15,0 - 15,9 2,8 ml 14 ml 7,0 ml


16,0 - 17,0 3,0 ml 15 ml 7,5 ml


17,1 - 18,1 3,2 ml 16 ml 8,0 ml


18,2 - 19,1 3,4 ml 17 ml 8,5 ml


19,2 - 20,2 3,6 ml 18 ml 9,0 ml


20,3 - 21,3 3,8 ml 19 ml 9,5 ml


21,4 - 22,3 4,0 ml 20 ml 10,0 ml


22,4 - 23,4 4,2 ml 21 ml 10,5 ml


23,5 - 24,5 4,4 ml 22 ml 11,0 ml


24,6 - 25,5 4,6 ml 23 ml 11,5 ml


25,6 - 26,6 4,8 ml 24 ml 12,0 ml


26,7 - 27,7 5,0 ml 25 ml 12,5 ml


27,8 - 28,7 5,2 ml 26 ml 13,0 ml


28,8 - 29,8 5,4 ml 27 ml 13,5 ml


29,9 - 30,9 5,6 ml 28 ml 14,0 ml


31,0 - 31,9 5,8 ml 29 ml 14,5 ml


32,0 - 33,0 6,0 ml 30 ml 15,0 ml


33,1 - 34,1 6,2 ml 31 ml 15,5 ml


34,2 - 35,1 6,4 ml 32 ml 16,0 ml

— La posologie indiquée ci-dessus est basée sur une dose maximale de 15 mg/kg/dose.
— On peut répéter la dose unitaire aux 4 à 6 heures.
— Il ne faut pas dépasser 5 doses par période de 24 heures.
Erreurs d’administration de doses
Si l’on constate après son administration qu’une dose trop élevée d’acétaminophène a été administrée à un enfant, il est important de réagir rapidement. On doit immédiatement communiquer avec le Centre antipoison du Québec (1 800 463-5060) et suivre ses directives. On doit aviser le parent de l’enfant.
MISE EN GARDE
L’ibuprofène (Advilmc, Motrinmc et autres marques)
Il y a une grande distinction à faire entre l’acétaminophène et l’ibuprofène. L’ibuprofène ne doit jamais être donné à un enfant de moins de 6 mois.
Même si ces 2 médicaments ont des propriétés permettant de soulager la fièvre, il est important de ne pas les confondre étant donné qu’ils n’appartiennent pas à la même classe de médicaments et n’agissent pas de la même manière. On ne peut en aucun cas remplacer l’acétaminophène par de l’ibuprofène pour l’application du présent protocole. Il faut donc être vigilant et ne jamais confondre l’ibuprofène et l’acétaminophène ni les substituer l’un à l’autre.
À noter que ce protocole peut être appliqué tel quel même si l’enfant a reçu de l’ibuprofène à la maison avant d’arriver au service de garde, et ce, peu importe le temps écoulé. Il n’y a pas de contre-indication à donner de l’acétaminophène à un enfant qui a reçu de l’ibuprofène précédemment, puisque les deux médicaments n’agissent pas de la même façon.
AUTRES MÉDICAMENTS:
Il existe de plus en plus de médicaments sur le marché contenant de l’acétaminophène en combinaison avec un autre produit pharmaceutique, ce qui nécessite une plus grande vigilance dans l’application du présent protocole. Par exemple, certains sirops contre la toux contiennent de l’acétaminophène.
Il est donc important qu’il y ait une bonne communication entre les parents et la personne autorisée à administrer l’acétaminophène. Celle-ci doit savoir quel médicament a été donné à l’enfant dans les 4 heures précédant son arrivée au service de garde et demander au parent s’il contenait de l’acétaminophène. Parallèlement, on doit informer le parent des doses et des heures d’administration d’acétaminophène qui ont eu lieu au service de garde. On doit se rappeler qu’il est toujours nécessaire de respecter un délai minimal de 4 heures entre 2 administrations d’acétaminophène.
FORMULAIRE D’AUTORISATION POUR L’ADMINISTRATION DE L’ACÉTAMINOPHÈNE
Le parent n’est pas tenu de consentir à l’application du protocole. Toutefois, s’il ne signe pas le formulaire d’autorisation, l’acétaminophène ne pourra être administré à son enfant à moins que lui-même et un membre du Collège des médecins du Québec ne donnent leur autorisation par écrit. Il peut limiter la période de validité de l’autorisation en inscrivant la durée d’application à la rubrique prévue à cette fin.
J’autorise

(nom du centre de la petite enfance, de la garderie, de la personne reconnue à titre de personne responsable d’un service de garde en milieu familial, selon le cas, ou de celle qui est désignée en application de l’article 81 du Règlement sur les services de garde éducatifs à l’enfance s’il y a lieu) à administrer à mon enfant, conformément au présent protocole, de l’acétaminophène vendu sous la marque commerciale suivante:

Nom et prénom de l’enfant

Poids de l’enfant

Poids en kilogramme Date Initiales du parent







Durée de l’autorisation


Signature du parent Date
Ce protocole est une adaptation d’un protocole préparé par le ministère de la Famille et révisé par l’Association des pédiatres du Québec, révisé par des représentants du ministère de la Santé et des Services sociaux, en 2010 puis en 2013 et approuvé par l’Association des pédiatres du Québec en 2013. L’information qu’il contient correspond à l’état des connaissances sur le sujet en 2013.
2. PROTOCOLE POUR L’APPLICATION D’INSECTIFUGE
Le Règlement sur les services de garde éducatifs à l’enfance permet l’application d’un insectifuge à un enfant reçu par un prestataire de services de garde, sans autorisation médicale, pourvu qu’il le soit conformément au présent protocole et que le parent y consente par écrit.
Le parent n’est pas tenu de consentir à l’application du protocole. Toutefois, si le parent ne signe pas le formulaire d’autorisation, l’insectifuge ne pourra être appliqué sur son enfant que si lui-même et un membre du Collège des médecins du Québec donnent leur autorisation par écrit.
LES RÈGLES DE BASE À RESPECTER
L’insectifuge utilisé doit obligatoirement contenir du DEET (N,N-diéthyl-m-toluamide) à une concentration maximale de 10%; il faut lire attentivement l’étiquette du produit puisque la concentration de DEET peut varier grandement d’un produit à un autre. Les autres produits insectifuges (ex. citronnelle, lavande) ne sont pas recommandés.
Le prestataire de services de garde peut avoir son propre contenant d’insectifuge: la marque de commerce, la forme (lotion, crème, gel, liquide, vaporisateur ou aérosol) et la concentration du produit actif DEET doivent alors être inscrites sur le formulaire d’autorisation. Lors de l’achat d’un insectifuge, on doit être vigilant pour ne pas confondre le produit à se procurer avec les insecticides qui sont conçus pour éliminer les insectes et qui ne doivent en aucun cas être appliqués sur le corps. Il faut employer uniquement un insectifuge personnel arborant un numéro d’homologation de produit antiparasitaire étiqueté comme insectifuge personnel pour utilisation humaine par Santé Canada. Enfin, il est interdit d’utiliser tout produit du genre «2 dans 1», à la fois insectifuge et écran solaire. La raison en est que pour bien protéger contre les effets néfastes du soleil, un écran solaire doit être appliqué en abondance sur la peau exposée et sous les vêtements alors qu’un insectifuge doit être appliqué en petites quantités et jamais sous les vêtements. C’est pourquoi les produits «2 dans1 » sont non recommandables.
Afin d’éviter toute confusion, il est recommandé de n’avoir qu’un seul type d’insectifuge. L’insectifuge doit être conservé dans un endroit hors de portée des enfants sous clé. Lors des sorties, on doit s’assurer que l’insectifuge ne soit jamais accessible aux enfants.
Les applications répétées ou excessives d’insectifuge ne sont pas nécessaires pour qu’il soit efficace; il est donc recommandé de n’en appliquer qu’une mince couche sur la peau ou sur les vêtements. Il ne faut pas non plus utiliser ces produits pendant des périodes prolongées.
L’insectifuge ne peut en aucun cas être appliqué:
— dans les yeux ou sur les muqueuses;
— sur des plaies ouvertes ou sur une peau présentant des lésions;
— sur une peau irritée ou brûlée par le soleil;
— sous les vêtements;
— sur les mains;
— sur le visage;
— en quantité excessive.
En cas de contact avec les yeux, rincez immédiatement et abondamment avec de l’eau.
L’insectifuge ne peut être appliqué sur un enfant de moins de 6 mois, sans l’autorisation écrite du parent et d’un médecin. À cet âge, les enfants doivent être protégés des moustiques par des mesures préventives (voir mesures préventives pour les enfants de moins de 6 mois).
Pour un enfant de 6 mois à 2 ans, il est recommandé d’appliquer l’insectifuge une seule fois par jour. Pour un enfant de plus de 2 ans, un maximum de 3 applications par jour est permis.
Avant la période de l’année où les moustiques font leur apparition (printemps), il est recommandé de tester chez les enfants, sur une petite partie de leur peau, le produit à base de DEET utilisé par le service de garde afin d’éviter des réactions indésirables lors d’une application sur une plus grande surface. Pour ce faire, on doit appliquer une petite quantité de l’insectifuge sur la peau de l’enfant (grosseur d’une pièce de monnaie), de préférence sur la partie interne de l’avant-bras, et attendre 24 heures. Il est donc conseillé de faire le test en matinée pour s’assurer que l’insectifuge est bien toléré par les enfants et d’observer le résultat le lendemain; il est important de prévenir les parents que le test a lieu ce jour-là. S’il y a réaction (ex: rougeurs, inflammation), on doit laver immédiatement la peau traitée, informer le parent et lui recommander de consulter un médecin en prenant soin de lui donner la liste des ingrédients contenus dans le produit. Le résultat du test doit être consigné au dossier de l’enfant. En cas de réaction au test, l’insectifuge ne doit pas être réutilisé chez l’enfant à moins d’une recommandation écrite d’un médecin.
Il est possible d’utiliser un insectifuge et une crème solaire s’ils ne sont pas combinés dans le même produit. Lorsqu’on fait usage d’une crème solaire et d’un insectifuge, il est conseillé d’utiliser une préparation de crème à facteur de protection solaire (FPS) de 30 et il est recommandé d’appliquer l’insectifuge au moins 20 minutes après l’application de la crème solaire. L’application de DEET diminue de plus de 30% l’efficacité des crèmes solaires.
L’application de l’insectifuge doit se faire dans des endroits bien aérés et loin des aliments.
Lorsqu’on applique un insectifuge, il faut le noter à la fiche d’administration des médicaments prévue par le règlement et informer le parent du nombre d’applications quotidiennes.
MESURES PRÉVENTIVES
On ne doit utiliser l’insectifuge que dans les périodes où les moustiques sont abondants ou si les environs du service sont propices à la prolifération de moustiques et après avoir appliqué les mesures préventives suivantes.
Pour prévenir les piqûres d’insectes lors de sorties à l’extérieur, les enfants doivent:
— porter un chandail à manches longues et un pantalon, idéalement fermés aux poignets et chevilles;
— porter des vêtements amples, de couleur pâle et faits de tissus tissés serrés;
— porter des chaussures et des chaussettes;
— éviter l’usage de produits parfumés;
— éviter les sorties dans les périodes de la journée où les moustiques sont plus abondants, par exemple en début ou en fin de journée.
Pour prévenir la prolifération des moustiques dans l’environnement, il faut:
— éliminer les conditions propices à la reproduction des insectes en supprimant les sources d’eaux stagnantes;
— tourner à l’envers les objets qui ne sont pas remisés à l’intérieur tels les embarcations, les pataugeoires, les contenants de jardinage, les jouets d’enfants;
— couvrir les poubelles extérieures ou tout autre contenant pouvant accumuler de l’eau;
— remplacer l’eau ou assurer le traitement quotidien de l’eau de la piscine ou de la pataugeoire;
— utiliser des moustiquaires dans les aires de jeux des enfants plus jeunes;
— réparer les moustiquaires endommagées et veillez à ce que les portes se ferment hermétiquement.
Pour les enfants de moins de 6 mois, il faut éviter les contacts avec les moustiques en munissant les poussettes de filets sécuritaires et en privilégiant les vérandas entourées de moustiquaires.
CE QU’IL FAUT SAVOIR
Les produits à base de DEET demeurent les insectifuges de choix et les plus efficaces contre une grande variété d’insectes; ceux qui ont une concentration de DEET égale ou inférieure à 10% offrent une protection de 2 à 3 heures.
Quoique l’innocuité de ces produits soit prouvée, il n’en demeure pas moins que s’ils sont mal utilisés, ils peuvent présenter des risques, particulièrement pour les enfants. Le DEET est en partie absorbé par la peau et peut ainsi se retrouver dans le sang. Il peut aussi s’accumuler dans les tissus adipeux, le cerveau et le coeur. Quelques cas d’intoxication ont été décrits dans la littérature. Les insectifuges risquent peu de nuire à la santé lorsqu’on les utilise avec discernement et de façon occasionnelle.
Appliquer l’insectifuge sur les vêtements (sauf les vêtements synthétiques ou les matières plastiques) peut être une façon de diminuer les risques de toxicité. Il faut par contre faire attention pour que l’enfant ne porte pas à sa bouche le vêtement imprégné d’insectifuge ou encore qu’il ne le touche et s’en mette accidentellement dans les yeux. Les produits à base de DEET sont très irritants pour les yeux.
Certains avantages et désavantages sont à noter et devront être pris en considération dans le choix du produit:
— les insectifuges sous forme de lotion, de gel ou de crème sont généralement faciles à appliquer; il faut toutefois éviter d’en mettre en grande quantité;
— les insectifuges en vaporisateur ou en aérosol exigent des précautions supplémentaires. On ne doit pas les appliquer dans des endroits fermés ou peu aérés afin d’éviter les inhalations nocives et ils ne doivent pas atteindre le visage ou les mains des enfants. Aussi, il est préférable que la personne qui applique l’insectifuge sur l’enfant le vaporise d’abord dans sa main avant de l’appliquer sur l’enfant.
CE QU’IL FAUT FAIRE
L’insectifuge doit toujours être appliqué par la personne autorisée à le faire. Les enfants ne doivent jamais le faire eux-mêmes, quel que soit leur âge.
Lors de sorties avec les enfants, il faut:
— appliquer les mesures préventives;
— appliquer l’insectifuge en suivant les étapes suivantes:
— expliquer à l’enfant, avec des mots simples, le lien entre la situation, l’application de l’insectifuge et le résultat escompté;
— demander à l’enfant de façon adaptée à sa compréhension de ne pas toucher avec ses mains les parties de son corps ou de ses vêtements où il y a eu application d’insectifuge et d’éviter de porter ses mains à sa bouche ou à ses yeux et de ne pas mâchouiller les vêtements qui en seront imprégnés;
— se laver les mains avant de manipuler le produit;
— bien lire l’étiquette du produit avant l’application et s’assurer que la concentration de DEET est égale ou moindre que 10% et que le produit ne contient pas d’écran solaire;
— de préférence, porter des gants pour l’application;
— mettre une petite quantité de produit dans la main, appliquer en petite quantité et seulement sur les régions exposées ou sur les vêtements;
— s’assurer que l’enfant ne touche pas avec ses mains les régions où l’insectifuge a été appliqué. S’il le fait, il doit se laver les mains à l’eau savonneuse;
— se laver les mains après avoir appliqué l’insectifuge à l’ensemble des enfants du groupe, et ce, même si on a porté des gants pour le faire.
Il faut laver la peau traitée au savon et à l’eau, en rentrant ou lorsque la protection n’est plus nécessaire. Cela est particulièrement important si on applique l’insectifuge à plusieurs reprises dans la même journée ou plusieurs journées consécutives. Cette recommandation doit être transmise aux parents.
FORMULAIRE D’AUTORISATION POUR L’APPLICATION D’UN INSECTIFUGE
Le parent n’est pas tenu de consentir à l’application du protocole. Toutefois s’il ne signe pas ce formulaire, l’insectifuge ne pourra être appliqué sur son enfant à moins que lui-même et un membre du Collège des médecins du Québec ne donnent leur autorisation par écrit. Il peut limiter la période de validité de l’autorisation en inscrivant la durée d’application à la rubrique prévue à cette fin.
J’autorise,

(nom du centre de la petite enfance, de la garderie, de la personne reconnue à titre de personne responsable d’un service de garde en milieu familial, selon le cas, ou de celle qui est désignée en application de l’article 81 du Règlement sur les services de garde éducatifs à l’enfance, s’il y a lieu) à appliquer sur mon enfant, conformément au présent protocole, l’insectifuge vendu sous la marque commerciale suivante:

Marque de commerce, forme (lotion, crème, gel, liquide, vaporisateur ou aérosol) et concentration du produit actif DEET

Nom et prénom de l’enfant

Durée de l’autorisation

Signature du parent Date
Ce protocole, initialement préparé par le ministère de la Famille, a été révisé par des représentants du ministère de la Santé et des Services sociaux, en 2010 puis en 2013 et approuvé par l’Association des pédiatres du Québec en 2013. L’information qu’il contient correspond à l’état des connaissances sur le sujet en 2013.
D. 582-2006, Ann. II; D. 1314-2013, a. 69.
ANNEXE II
(a. 116)
PROTOCOLES
1. PROTOCOLE POUR L’ADMINISTRATION D’ACÉTAMINOPHÈNE
Acétaminophène est le nom générique du médicament commercialement offert sous les marques suivantes: Atasol, Tempra, Tylénol et autres marques maison.
Le Règlement sur les services de garde éducatifs à l’enfance (chapitre S-4.1.1, r. 2) prévoit que l’acétaminophène peut être administré à un enfant reçu par un prestataire de services de garde, sans autorisation médicale, pourvu qu’il le soit conformément au présent protocole et que le parent y consente par écrit.
Le parent n’est pas tenu de consentir à l’application du protocole. Toutefois, si le parent ne signe pas le formulaire d’autorisation, ce médicament ne pourra être administré à son enfant que si lui-même et un membre du Collège des médecins du Québec donnent leur autorisation par écrit.
RÈGLES DE BASE À RESPECTER
Selon le présent protocole, l’acétaminophène ne peut être administré que pour atténuer la fièvre. Il ne peut être administré:
— à des enfants de moins de 2 mois;
— pour soulager la douleur;
— pendant plus de 48 heures consécutives (2 jours);
— à des enfants ayant reçu un médicament contenant de l’acétaminophène dans les 4 heures précédentes.
Dans ces 4 cas, le protocole ne s’applique pas et des autorisations médicales et parentales écrites sont requises pour administrer le médicament.
Le prestataire de services de garde peut avoir son propre contenant d’acétaminophène; la marque de commerce, la forme (gouttes, comprimés, sirop) et la concentration doivent alors être inscrites sur le formulaire d’autorisation.
Afin d’éviter toute confusion, le prestataire de services de garde devrait n’avoir qu’un seul type d’acétaminophène liquide: gouttes ou sirop. Si elle reçoit des enfants de moins de 24 mois, il est recommandé d’utiliser les gouttes plutôt que le sirop. S’il choisit d’utiliser le sirop pour les autres enfants, il est recommandé d’utiliser une seule concentration.
On ne doit en aucun cas dépasser la posologie indiquée ci-après ou celle qui figure sur le contenant du médicament.

__________________________________________________________________________________________
| |
| On ne doit jamais fragmenter un comprimé destiné aux adultes pour l’administrer à un |
| enfant. On pourrait ainsi fausser le dosage: une dose insuffisante n’atteindrait pas |
| le résultat escompté ou, au contraire, une surdose pourrait présenter de sérieux |
| risques pour l’enfant. |
|__________________________________________________________________________________________|

Il est important de toujours vérifier la concentration d’acétaminophène et de suivre la posologie inscrite sur le contenant puisque de nouveaux produits plus ou moins puissants peuvent apparaître sur le marché. De plus, si la marque choisie existe en plus d’une concentration, il est recommandé de n’en utiliser qu’une seule.
L’administration de l’acétaminophène doit être inscrite au registre des médicaments prévu par le règlement. Il faut communiquer l’information au parent.
CE QU’IL FAUT SAVOIR
Qu’est-ce qu’une température normale?
La variation normale de la température diffère selon la méthode utilisée. Le tableau ci-dessous illustre cette variation.

Méthode utilisée Variation normale
de la température


Rectale 36,6°C à 38,0°C

Orale 35,5°C à 37,5°C

Axillaire 34,7°C à 37,3°C
(sous l’aisselle)

Tympanique 35,8°C à 38,0°C
(dans l’oreille)
Qu’est-ce que la fièvre ?
La fièvre est une température du corps plus élevée que la normale. Cette dernière peut cependant varier quelque peu selon les enfants, la période de la journée, la température extérieure et le niveau d’activités. La cause de la fièvre demeure toutefois plus importante que le degré.
On considère généralement qu’il y a fièvre si la température est supérieure aux variations normales de la température, soit une température rectale ou tympanique de plus de 38,0°C.
La seule façon sûre de mesurer la fièvre est de prendre la température. La température d’un enfant doit être vérifiée chaque fois que son état général (pleurs difficiles à apaiser, perte d’énergie, altération de l’état général, diminution de l’appétit, etc.) ou que des symptômes physiques (rougeurs aux joues, chaleur excessive de la peau, sueurs) permettent de soupçonner qu’il est fiévreux. Il est recommandé de:
— prendre la température par voie rectale chez les enfants de moins de 2 ans. À cet âge, pour savoir s’ils font de la fièvre, on peut prendre la température axillaire. Si elle est supérieure à 37,3°C, on devrait aussi la prendre par voie rectale;
— prendre la température par voie rectale ou tympanique pour les enfants qui ont entre 2 et 5 ans. Si on décide néanmoins de prendre la température axillaire, il faut savoir qu’elle est beaucoup moins fiable;
— prendre la température par voie orale chez les enfants de plus de 5 ans;
— utiliser le thermomètre approprié. Les thermomètres en verre et au mercure ne sont pas recommandés à cause des risques d’exposition accidentelle à cette substance toxique s’ils se cassent. On ne recommande pas non plus les bandelettes thermosensibles car elles ne sont pas précises;
— toujours utiliser des embouts de plastique jetables car ils sont plus hygiéniques; sinon, désinfecter adéquatement le thermomètre entre chaque usage;
— si l’enfant vient de faire une activité physique, attendre une quinzaine de minutes; la température de son corps pourrait être plus élevée que la normale si on prend sa température immédiatement après l’activité;
— toujours respecter la durée indiquée selon le thermomètre utilisé pour prendre la température, car cette durée peut varier d’un thermomètre à l’autre. On recommande le thermomètre numérique qui demande moins de temps pour la prise de température.
CE QU’IL FAUT FAIRE
Si l’enfant a moins de 2 mois et s’il s’agit de fièvre, c’est-à-dire, si la température rectale est supérieure à 38,0°C, il faut:
— habiller l’enfant confortablement;
— le faire boire plus souvent;
— surveiller l’enfant et reprendre la température après 60 minutes ou plus tôt si son état général semble se détériorer;
— prévenir immédiatement le parent, lui demander de venir chercher l’enfant et, dans l’intervalle, appliquer les mesures indiquées précédemment;
— si le parent ne peut venir chercher l’enfant, appeler les personnes qu’il a désignées en cas d’urgence et si on ne peut les joindre, conduire l’enfant à un service médical, au CLSC ou à l’urgence d’un centre hospitalier; ne pas administrer d’acétaminophène à moins d’une autorisation médicale écrite pour cet enfant.
Si l’enfant a 2 mois ou plus et s’il s’agit de fièvre, c’est-à-dire si la température rectale ou tympanique est supérieure à 38,0°C, il faut:
— appliquer les mesures énumérées ci-dessus en cas d’élévation de température (habiller confortablement; faire boire et surveiller);
— informer le parent de l’état de l’enfant;
— si la température rectale est supérieure à 38,5°C, on peut, pour soulager l’enfant, administrer de l’acétaminophène selon la posologie indiquée ci-dessous, ou selon la posologie inscrite sur le contenant du médicament et conformément aux règles prévues par le présent protocole. Si on le juge nécessaire, on peut donner de l’acétaminophène dès que la température est de 38,1°C ou plus élevée;
— une heure après l’administration de l’acétaminophène, prendre de nouveau la température et si elle demeure élevée, demander au parent de venir chercher l’enfant. Si on ne peut pas le joindre, appeler les personnes qu’il a désignées en cas d’urgence et, si on ne peut les joindre, conduire l’enfant à un service médical, au CLSC ou à l’urgence d’un centre hospitalier.
Lorsqu’on administre de l’acétaminophène, il faut:
— toujours expliquer à l’enfant avec des mots simples, adaptés à son âge, le lien entre son état, le médicament à prendre et le résultat escompté;
— se laver les mains avant de manipuler le médicament;
— bien vérifier la concentration, la posologie et la date d’expiration inscrite sur le contenant du médicament;
— verser le médicament (gouttes ou sirop) dans une cuillère graduée en ml et l’administrer à l’enfant; il ne faut jamais mettre le compte-gouttes directement dans la bouche de l’enfant sauf s’il s’agit d’un compte-gouttes à usage unique. La cuillère utilisée doit être lavée à l’eau très chaude après usage;
OU
— s’il s’agit d’un comprimé, le déposer dans un gobelet et le faire prendre par l’enfant. Si celui-ci le désire, il peut boire un peu d’eau après l’avoir pris;
— se laver les mains après l’administration du médicament.
ACÉTAMINOPHÈNE: POSOLOGIE
Concentration
Poids Gouttes Sirop Comprimés
80 mg/ml 80 mg/5ml 160 mg/5ml 80 mg/compr. 160 mg/compr.


2,4 - 5,4 kg 0,5 ml 2,5 ml 1,25 ml - -
(40 mg) (40 mg) (40 mg)
5,5 - 7,9 kg 1,0 ml 5,0 ml 2,5 ml - -
(80 mg) (80 mg) (80 mg)
8,0 - 10,9 kg 1,5 ml 7,5 ml 3,75 ml - -
(120 mg) (120 mg) (120 mg)
11,0 - 15,9 kg 2,0 ml 10,0 ml 5 ml 2 compr. 1 compr.
(160 mg) (160 mg) (160 mg) (160 mg) (160 mg)
16,0 - 21,9 kg 3,0 ml 15,0 ml 7,5 ml 3 compr. 1,5 compr.
(240 mg) 240 mg) (240 mg) (240 mg) (240 mg)
22,0 - 26,9 kg 4,0 ml 20,0 ml 10 ml 4 compr. 2 compr.
(320 mg) (320 mg) (320 mg) (320 mg) (320 mg)
27,0 - 31,9 kg 5 ml 25,0 ml 12,5 ml 5 compr. 2,5 compr.
(400 mg) (400 mg) (400 mg) (400 mg) (400 mg)
32,0 - 43,9 kg 6 ml 30,0 ml 15,0 ml 6 compr. 3 compr.
(480 mg) (480 mg) (480 mg) (480 mg) (480 mg)
— On peut répéter la dose unitaire aux 4 heures;
— Ne pas dépasser 6 doses par période de 24 heures;
— La posologie indiquée ci-dessus est basée sur une dose maximale de 10 à 15mg/kg/dose.
_________________________________________________________________________
| |
| MISE EN GARDE |
| L’ACÉTAMINOPHÈNE PAR RAPPORT À L’IBUPROFÈNE OU À D’AUTRES MÉDICAMENTS |
|_________________________________________________________________________|

IBUPROFÈNE:
— Comme il y a une grande distinction à faire entre l’acétaminophène et l’ibuprofène, une mise en garde est nécessaire;
— Même si ces 2 médicaments ont des propriétés antipyrétiques (propriété de soulager la fièvre), il est important de ne pas les confondre étant donné qu’ils n’appartiennent pas à la même classe de médicaments et n’agissent pas de la même manière. On ne peut en aucun cas substituer l’ibuprofène à l’acétaminophène pour les raisons suivantes:
— L’acétaminophène et l’ibuprofène ne sont pas de la même classe de médicaments;
— L’ibuprofène est un anti-inflammatoire non-stéroïdien (AINS);
— Le dosage et la fréquence d’administration des 2 médicaments sont différents;
— Il est reconnu que tous les AINS peuvent affecter les fonctions respiratoires; l’ibuprofène est donc contre-indiqué pour les personnes qui souffrent ou ont déjà souffert d’asthme;
— Une sensibilité croisée entre les salicylates et l’ibuprofène a été observée (réaction allergique);
— Il faut donc être vigilant dans l’application du présent protocole et ne jamais confondre l’ibuprofène et l’acétaminophène ni substituer l’un à l’autre;
— À noter que ce protocole peut être appliqué tel quel même si l’enfant a reçu de l’ibuprofène à la maison avant d’arriver au service de garde, et ce, peu importe le temps écoulé. Il n’y a donc aucune contre-indication ni aucun danger à donner de l’acétaminophène à un enfant qui a reçu de l’ibuprofène précédemment, puisque les 2 médicaments n’agissent pas de la même façon.
AUTRES MÉDICAMENTS:
— Il existe de plus en plus de médicaments sur le marché contenant de l’acétaminophène en combinaison avec un autre produit pharmaceutique, ce qui nécessite une plus grande vigilance dans l’application du présent protocole. Par exemple, plusieurs sirops contre la toux contiennent de l’acétaminophène;
— Il est donc important qu’il y ait une bonne communication entre les parents et la personne autorisée à administrer le médicament. Celle-ci doit savoir quel médicament a été donné à l’enfant dans les 4 heures précédant son arrivée au service de garde. De cette façon, elle peut appliquer le protocole en toute sécurité pour la santé et le bien-être de l’enfant;
— Si dans les 4 heures suivant l’arrivée de l’enfant, l’éducatrice ou la personne reconnue à titre de personne responsable d’un service de garde en milieu familial constate qu’il a de la fièvre et si elle a été informée que l’enfant a déjà pris un sirop ou un autre médicament, elle peut communiquer avec un pharmacien pour obtenir l’information nécessaire sur ce médicament. Elle pourra ainsi appliquer ce protocole.
FORMULAIRE D’AUTORISATION POUR L’ADMINISTRATION DE L’ACÉTAMINOPHÈNE
Le parent n’est pas tenu de consentir à l’application du protocole. Toutefois, s’il ne signe pas le formulaire d’autorisation, l’acétaminophène ne pourra être administré à son enfant à moins que lui-même et un membre du Collège des médecins du Québec ne donnent leur autorisation par écrit. Il peut limiter la période de validité de l’autorisation en inscrivant la durée d’application à la rubrique prévue à cette fin.
J’autorise ________________________________________________________________________________ (nom du centre de la petite enfance, de la garderie, de la personne reconnue à titre de personne responsable d’un service de garde en milieu familial, de celle qui l’assiste, selon le cas, ou de celle qui est désignée en application de l’article 81 du Règlement sur les services de garde éducatifs à l’enfance) à administrer à mon enfant, conformément au présent protocole, de l’acétaminophène vendu sous la marque commerciale suivante:

Marque de commerce, forme (lotion, crème, gel, liquide, vaporisateur ou aérosol) et concentration du produit actif DEET

Nom et prénom de l’enfant

_________________________________________________________________________________________
Durée de l’autorisation
________________________________/______________________________ ___________/_________
Signature du parent date
_____________________________________________________________________________
| |
| Ce protocole, préparé par le ministère de la Famille et de l’Enfance, a été |
| initialement approuvé par un groupe de travail composé de représentantes du |
| réseau de la santé et des services sociaux et des services de garde à |
| l’enfance. Il a été révisé par le Comité de prévention des infections dans |
| les services de garde à l’enfance du Québec. L’information qu’il contient |
| correspond à l’état des connaissances sur le sujet en 2006. |
|_____________________________________________________________________________|
2. PROTOCOLE POUR L’APPLICATION D’INSECTIFUGE
Le Règlement sur les services de garde éducatifs à l’enfance permet l’application d’un insectifuge sur un enfant reçu par un prestataire de services de garde, sans autorisation médicale, pourvu qu’il le soit conformément au présent protocole et que le parent y consente par écrit.
Le parent n’est pas tenu de consentir à l’application du protocole. Toutefois, si le parent ne signe pas le formulaire d’autorisation, l’insectifuge ne pourra être appliqué sur son enfant que si lui-même et un membre du Collège des médecins du Québec donnent leur autorisation par écrit.
LES RÈGLES DE BASE À RESPECTER
L’insectifuge utilisé doit obligatoirement contenir du DEET (N,N-diéthyl-m-toluamide) d’une concentration inférieure à 10%; il faut lire attentivement l’étiquette du produit puisque la concentration de DEET peut varier grandement d’un produit à un autre.
Le prestataire de services de garde peut avoir son propre contenant d’insectifuge: la marque de commerce, la forme (lotion, crème, gel, liquide, vaporisateur ou aérosol) et la concentration du produit actif DEET doivent alors être inscrites sur le formulaire d’autorisation. Afin d’éviter toute confusion, il est recommandé de n’avoir qu’un seul type d’insectifuge.
Les applications répétées ou excessives d’insectifuge ne sont pas nécessaires pour qu’il soit efficace; il est donc recommandé de n’en appliquer qu’une mince couche sur la peau. Il ne faut pas non plus utiliser ces produits pendant des périodes prolongées.
L’insectifuge ne peut en aucun cas être appliqué:
— Dans les yeux ou sur les muqueuses;
— Sur des plaies ouvertes ou sur une peau présentant des lésions;
— Sur une peau irritée ou brûlée par le soleil;
— Sous les vêtements;
— Sur les mains;
— En quantité excessive.
Il ne peut l’être sur un enfant de moins de 2 ans, sans l’autorisation écrite du parent et d’un médecin. Le protocole ne s’applique donc pas pour un enfant de cet âge.
Pour un enfant de 6 mois à 2 ans, il est recommandé d’appliquer l’insectifuge une seule fois par jour et, pour un enfant de plus de 2 ans, au maximum 3 fois par jour.
Les insecticides et les pesticides sont conçus pour les terrains ou l’intérieur des maisons et ne doivent pas être appliqués sur le corps.
Il faut d’abord tester les produits à base de DEET sur une petite partie de la peau en appliquant une petite quantité, de préférence sur la partie interne de l’avant-bras, et attendre entre 8 et 12 heures. Il est donc conseillé de faire le test en matinée pour s’assurer que l’insectifuge est bien toléré par les enfants durant la journée; il est important de prévenir les parents que le test a lieu ce jour-là. De plus, ce test doit se faire tôt au printemps bien avant l’application du protocole. S’il y a réaction, on doit laver immédiatement la peau traitée et consulter un médecin en prenant soin de lui donner la liste des ingrédients contenus dans le produit.
On ne doit jamais combiner insectifuge et écran solaire. Il faut donc éviter tout produit du genre «2 dans 1», à la fois insectifuge et écran solaire. Pour bien protéger contre les effets néfastes du soleil, un écran solaire doit être appliqué en abondance sur la peau exposée et sous les vêtements, contrairement à l’insectifuge qu’il faut appliquer en petites quantités et jamais sous les vêtements. Si une lotion solaire est appliquée à la suite d’un insectifuge, l’efficacité des 2 produits s’en trouve diminuée. De plus, l’application de DEET diminue d’environ 20% l’efficacité des écrans solaires. Lorsqu’on fait usage d’une crème solaire et d’un insectifuge, il est donc conseillé d’utiliser une préparation de crème à facteur de protection solaire (FPS) de 30 et recommandé d’appliquer l’insectifuge 30 à 45 minutes après l’application de l’écran solaire.
On doit utiliser le produit dans des endroits bien aérés et loin des aliments.
Lorsqu’on applique un insectifuge, il faut le noter au registre des médicaments prévu par le règlement et informer le parent du nombre d’applications quotidiennes.
MESURES PRÉVENTIVES
On ne doit utiliser l’insectifuge que dans les périodes où les moustiques sont abondants ou si les environs du service sont propices à la prolifération de moustiques et après avoir appliqué les mesures préventives suivantes.
Pour prévenir les piqûres d’insectes lors de sorties à l’extérieur, les enfants doivent:
— Porter un chandail à manches longues et un pantalon, idéalement fermés aux poignets et chevilles;
— Porter des vêtements amples, de couleur pâle et faits de tissus tissés serrés;
— Porter des chaussures et des chaussettes;
— Éviter l’usage de produits parfumés;
— Éviter les sorties dans les périodes de la journée où les moustiques sont plus abondants, par exemple en début ou en fin de journée.
Pour prévenir la prolifération des moustiques dans l’environnement, il faut:
— Éliminer les conditions propices à la reproduction des insectes en supprimant les sources d’eaux stagnantes;
— Tourner à l’envers les objets qui ne sont pas remisés à l’intérieur tels les embarcations, les pataugeoires, les contenants de jardinage, les jouets d’enfants;
— Couvrir les poubelles extérieures ou tout autre contenant pouvant accumuler de l’eau;
— Remplacer l’eau ou assurer le traitement quotidien de l’eau de la piscine ou de la pataugeoire;
— Utiliser des moustiquaires dans les aires de jeux des enfants plus jeunes;
— Réparer les moustiquaires endommagées le plus tôt possible.
Pour les enfants de moins de 6 mois, éviter les contacts avec les moustiques en munissant les poussettes de filets sécuritaires et en privilégiant les vérandas entourées de moustiquaires.
CE QU’IL FAUT SAVOIR
Les produits à base de DEET demeurent les insectifuges de choix et les plus efficaces contre une grande variété d’insectes; ceux qui ont une concentration de DEET inférieure à 10% offrent une protection de 2 à 3 heures.
Quoique l’innocuité de ces produits soit prouvée, il n’en demeure pas moins que s’ils sont mal utilisés, ils peuvent présenter des risques, spécialement pour les enfants. Le DEET est en partie absorbé par la peau et peut ainsi se retrouver dans le sang. Il peut aussi s’accumuler dans les tissus adipeux, le cerveau et le coeur. Quelques cas d’intoxication ont été décrits dans la littérature. Les insectifuges risquent peu de nuire à la santé lorsqu’on les utilise avec discernement et de façon occasionnelle.
Appliquer l’insectifuge sur les vêtements (sauf les vêtements synthétiques ou les matières plastiques) peut être une façon de diminuer les risques de toxicité chez les enfants de plus de 2 ans. Il faut par contre faire attention pour que l’enfant ne porte pas à sa bouche le vêtement imprégné d’insectifuge ou encore qu’il ne le touche et s’en mette accidentellement dans les yeux. Les produits à base de DEET sont très irritants pour les yeux.
Certains avantages et désavantages sont à noter et devront être pris en considération dans le choix du produit:
— Les insectifuges sous forme de lotion, de gel ou de crème sont généralement faciles à appliquer; il faut toutefois éviter d’en mettre en grande quantité;
— Les insectifuges en vaporisateur ou en aérosol exigent des précautions supplémentaires. On ne doit pas les appliquer dans des endroits fermés ou peu aérés afin d’éviter les inhalations nocives et ils ne doivent pas atteindre le visage ou les mains des enfants.
CE QU’IL FAUT FAIRE
L’insectifuge doit toujours être appliqué par la personne autorisée à ce faire. Les enfants ne doivent jamais le faire eux-mêmes, quel que soit leur âge.
Lors de sorties avec les enfants, il faut:
— Appliquer les mesures préventives;
— Appliquer l’insectifuge en suivant les étapes suivantes:
— expliquer à l’enfant, avec des mots simples, le lien entre la situation, l’application de l’insectifuge et le résultat escompté;
— se laver les mains avant de manipuler le produit;
— bien lire l’étiquette du produit avant l’application et s’assurer que la concentration de DEET est moindre que 10% et que le produit ne contient pas d’écran solaire;
— de préférence, porter des gants pour l’application;
— porter des gants à usage unique et les changer si un enfant présente des lésions cutanées (comme par exemple des piqûres d’insectes, souvent susceptibles de se surinfecter) afin d’éliminer les risques de transmission d’infections cutanées d’un enfant à l’autre;
— mettre une petite quantité de produit dans la main, appliquer en petite quantité et seulement sur les régions exposées ou sur les vêtements, seulement sur la nuque et aux chevilles, dans la mesure du possible;
— s’assurer que l’enfant ne touche pas avec ses mains les régions où l’insectifuge a été appliqué. S’il le fait, il doit se laver les mains à l’eau savonneuse;
— se laver les mains après avoir appliqué l’insectifuge à l’ensemble des enfants du groupe, et ce, même si on a porté des gants pour le faire.
Il faut laver la peau traitée au savon et à l’eau, en rentrant ou lorsque la protection n’est plus nécessaire. Cela est particulièrement important si on applique l’insectifuge à plusieurs reprises dans la même journée ou plusieurs journées consécutives.

FORMULAIRE D’AUTORISATION POUR L’APPLICATION D’UN INSECTIFUGE

_________________________________________________________________________________
| |
| Le parent n’est pas tenu de consentir à l’application du protocole. Toutefois |
| s’il ne signe pas ce formulaire, l’insectifuge ne pourra être appliqué sur son |
| enfant à moins que lui-même et un membre du Collège des médecins du Québec ne |
| donnent leur autorisation par écrit. Il peut limiter la période de validité |
| de l’autorisation en inscrivant la durée d’application à la rubrique prévue à |
| cette fin. |
|_________________________________________________________________________________|
J’autorise _____________________________________________________________________________ (nom du centre de la petite enfance, de la garderie, de la personne reconnue à titre de personne responsable d’un service de garde en milieu familial, de celle qui l’assiste, selon le cas, ou de celle qui est désignée en application de l’article 81 du Règlement sur les services de garde éducatifs à l’enfance, s’il y a lieu) à appliquer sur mon enfant, conformément au présent protocole, l’insectifuge vendu sous la marque commerciale suivante:

Marque de commerce, forme (lotion, crème, gel, liquide, vaporisateur ou aérosol) et concentration du produit actif DEET

Nom et prénom de l’enfant

Durée de l’autorisation
________________________________/__________________________________ ___________/_________
Ce protocole, préparé par le ministère de la Famille et de l’Enfance, a été approuvé par un groupe de travail composé de représentantes du réseau de la santé et des services sociaux et des services de garde à l’enfance. L’information qu’il contient correspond à l’état des connaissances sur le sujet en 2006.
D. 582-2006, Ann. II.