S-4.2, r. 3 - Règlement sur la classification des services dispensés par les ressources intermédiaires

Texte complet
chapitre S-4.2, r. 3
Règlement sur la classification des services dispensés par les ressources intermédiaires
SERVICES DE SANTÉ ET SERVICES SOCIAUX — CLASSIFICATION DES SERVICES
Loi sur les services de santé et les services sociaux
(chapitre S-4.2, a. 303)
S-4.2
1er septembre 2012
Remplacé, A.M. 2011-017, 2011 G.O. 2, 5748; eff. 2012-01-01; voir c. S-4.2, r. 3.1.
Toutefois, les dispositions de ce règlement demeurent en vigueur dans la mesure où elles sont nécessaires à l’application de l’une ou l’autre des dispositions de la section VII du Règlement d’application de la Loi sur les services de santé et les services sociaux pour les autochtones cris (chapitre S-5, r. 1), du Règlement sur la contribution des usagers pris en charge par les ressources intermédiaires (chapitre S-4.2, r. 7) ou du Règlement sur l’aide financière pour favoriser la tutelle à un enfant (chapitre P-34.1, r. 5).
INSTRUMENT D’IDENTIFICATION DE L’INTENSITÉ DES SERVICES REQUIS DE LA RESSOURCE INTERMÉDIAIRE
Guide d’utilisation
(Cadre de référence sur les ressources intermédiaires - novembre 1998)
Table des matières
Instrument d’identification de l’intensité des services requis de la ressource intermédiaire
PARTIE A - IDENTIFICATION DE OU DES USAGERS ET DE L’ÉTABLISSEMENT
1. Nom de l’usager
1.1 Date de naissance et âge
1.2 Sexe
1.3 Problématiques
2. Responsable de l’identification de l’intensité des services requis par l’usager et assumés par la ressource
PARTIE B - IDENTIFICATION DE L’INTENSITÉ DES SERVICES DE SOUTIEN OU D’ASSISTANCE REQUIS PAR L’USAGER ET ASSUMÉS PAR LA RESSOURCE
1. Caractéristiques de l’usager et de l’intervention
1.1 Caractéristiques de l’usager
1.1.1 Distinction entre l’état et le fonctionnement
1.1.2 Particularités de la cotation concernant un enfant
1.1.3 Choix des descripteurs
1.2 Caractéristiques de l’intervention
2. Services de base requis par l’usager et assumés par la ressource
3. Classification des services
PARTIE C - IDENTIFICATION DE LA RESSOURCE


INSTRUMENT D’IDENTIFICATION DE L’INTENSITÉ DES SERVICES
REQUIS DE LA RESSOURCE INTERMÉDIAIRE




PARTIE A - IDENTIFICATION DE OU DES USAGERS ET DE L’ÉTABLISSEMENT


1. Nom de l’usager: _____________________________ ou profil type:

1.1 Date de naissance:____/____/____ ou âge:______ 1.2 Sexe:______________________

1.3 Problématiques: 1.3.1 Principale:________ 1.3.2 Associées:____ ____ ____

2. Responsable de l’identification de l’intensité des services requis par l’usager
et assumés par la ressource:


2.1 Établissement _________________________ 2.2 Code: _____________________

2.3 Intervenant ___________________________ 2.4 N° de dossier:_____________


PARTIE B - IDENTIFICATION DE L’INTENSITÉ DES SERVICES DE SOUTIEN OU D’ASSISTANCE
REQUIS PAR L’USAGER ET ASSUMÉS PAR LA RESSOURCE



________________________________________________________ _________________________

Caractéristiques de l’usager et de l’intervention
________________________________________________________

Dimension de la Caractéristiques de Caractéristiques Services de base
personne l’usager de l’intervention

_______________________________________ _________________________

(C.1) État Fonct. Nature Expertise Services Cote
(C.2) (C.3) (C.4) (C.5)

_________________________________________________________ _________________________

3.1 Physique 3.10 Services
d’alimentation
_________________________________________________________ _________________________

3.1.1 Alimentation X
_________________________________________________________ _________________________

3.1.2 Habillement X 3.11 Services de
buanderie
_________________________________________________________ _________________________

3.1.3 Hygiène X
_________________________________________________________ _________________________

3.1.4 Élimination X 3.12 Services
d’entretien
_________________________________________________________ _________________________

3.1.5 Mobilité X
_________________________________________________________ _________________________

3.2 Cognitive 3.13 Présence d’une
personne
_________________________________________________________ _________________________

3.3 Affective
_________________________________________________________ _________________________

3.4 Comportementale 3.14 Présence éveillée
la nuit
_________________________________________________________ _________________________

3.5 Relationnelle
_________________________________________________________ _________________________

3.6 TOTAL 3.15 Présence d’une
seconde personne
_________________________________________________________ _________________________

3.7 Maximum 25 30 20 35 3.16 (Somme de 3.10
autorisé à 3.15)
_________________________________________________________ _________________________

3.8 Pointage Reportez le total de
admissible 3.16 à la ligne 3.17

_________________________________________________________ _________________________

3.9 TOTAL (L.3.8 C.2+C.3+C.4+C.5)
Reportez à la ligne 3.17 ▭

_________________________________________________________ _________________________
_______________________________

Classification des services
_______________________________

3.17 Caractéristiques de l’usager _________ + Services de base (L.3.16) ___ = ___
et de l’intervention (L.3.9)

3.18 Niveau de services:_________ 3.19 Type d’organisation résidentielle: __________


PARTIE C - IDENTIFICATION DE LA RESSOURCE


4.1 Nom de la ressource:
_____________________________________________________________________________

4.2 Nom du responsable:
_____________________________________________________________________________

4.3 Adresse:
_____________________________________________________________________________

4.4 N° de téléphone: __________ 4.5 Rétribution garantie:______________ par jour

4.6 Programme clientèle ou champ d’activités visé: ______________________________

Signature:_______________________ Date: _________ /____________ / __________
Année Mois Jour

ANNEXE I
GUIDE D’UTILISATION
DE L’INSTRUMENT DE DÉTERMINATION DE L’INTENSITÉ DES SERVICES
REQUIS DE LA RESSOURCE INTERMÉDIAIRE

L’instrument d’identification de l’intensité des services requis de la ressource intermédiaire permet d’établir le degré des services de soutien ou d’assistance attendu d’une ressource à l’égard d’un usager ou d’un ensemble d’usagers. Il peut être complété pour un seul usager ou pour un ensemble d’usagers à partir d’un échantillon représentatif permettant d’établir un profil type quant au niveau de services requis et attendus de la ressource.
Cet instrument s’appuie sur une connaissance de l’usager et de ses besoins. Si cette connaissance est déficiente ou parcellaire (lorsqu’on complète l’instrument une première fois), il faut prévoir à court terme reprendre l’exercice. Par ailleurs, une révision est aussi nécessaire lorsqu’un changement significatif est noté, soit:
• dans les services de base attendus de la ressource;
OU
• dans les caractéristiques de l’usager;
OU
• dans les caractéristiques de l’intervention requise.

PARTIE A - IDENTIFICATION DE OU DES USAGERS ET DE L’ÉTABLISSEMENT

1.Nom de l’usager
— S’il s’agit d’une évaluation concernant un seul usager, inscrivez son nom.
— S’il s’agit d’une évaluation visant à établir le «profil type» d’un ensemble d’usagers, cochez la case prévue à cet effet.
1.1Date de naissance et âge
Inscrivez la date de naissance de l’usager en respectant la séquence «année/mois/jour». S’il s’agit d’une évaluation concernant un ensemble d’usagers, c’est-à-dire un «profil type», indiquez la catégorie d’âge dans laquelle ces usagers se situent.
1.2Sexe
Inscrivez 1 pour féminin, 2 pour masculin, 3 dans la situation d’un profil type impliquant des usagers des 2 sexes.
1.3Problématiques
Reportez à la case 1.3.1 le numéro correspondant à la problématique la plus significative présentée par l’usager. Si d’autres problématiques y sont associées de manière importante, indiquez le ou les numéro(s) correspondant aux cases 1.3.2.
1. Besoin de protection sociale: Réfère à une situation de vulnérabilité due à une perte d’autonomie, à l’absence, à l’inadéquacité ou à la menace de son environnement familial ou social (abus sexuel, négligence, isolement social, violence, etc.).
2. Mésadaptation sociale: Réfère à la présence de problèmes de comportement ou d’ajustement social (troubles de comportement, alcoolisme, etc.).
3. Perte d’autonomie due au vieillissement: Réfère à tous les problèmes d’ordre biopsychosocial reliés au processus de vieillissement normal ou prématuré d’une personne.
4. Problème de santé mentale: Réfère aux maladies mentales, aux troubles de personnalité ou aux perturbations de l’équilibre psychoaffectif.
5. Problème de santé physique: Réfère aux maladies physiques ou aux déficiences organiques.
6. Déficience sensorielle: Réfère à une perte ou à une anomalie permanente d’un organe sensoriel.
7. Déficience motrice: Réfère à une perte ou à une anomalie permanente d’un membre.
8. Déficience intellectuelle: Réfère à la présence concomitante (simultanée) d’un déficit intellectuel significatif et de problèmes en regard des comportements adaptatifs.
2.Responsable de l’identification de l’intensité des services requis par l’usager et assumés par la ressource
Inscrivez dans les espaces prévus à cet effet à:
2.1 Le nom de l’établissement responsable de procéder à l’identification de l’intensité des services.
2.2 Le code de cet établissement.
2.3 Le nom de l’intervenant qui a procédé à cette identification.
2.4 Le numéro du dossier de l’usager.

PARTIE B - IDENTIFICATION DE L’INTENSITÉ DES SERVICES DE SOUTIEN OU D’ASSISTANCE REQUIS PAR L’USAGER ET ASSUMÉS PAR LA RESSOURCE

1. CARACTÉRISTIQUES DE L’USAGER ET DE L’INTERVENTION

Pour chacune des dimensions de cette section (physique, cognitive, affective, comportementale et relationnelle), vous devez inscrire la cote correspondant au descripteur traduisant le mieux:
— l’état de l’usager dans la colonne C.2;
— son fonctionnement dans la colonne C.3;
— la nature de l’intervention assumée par la ressource dans la colonne C.4;
— l’expertise nécessaire pour permettre à la ressource de dispenser l’intervention attendue d’elle dans la colonne C.5.
Veuillez compléter les 4 colonnes de chaque dimension avant de passer à une autre (exemple cognitif: C.2-C.3-C.4-C.5).
Par après, procédez à la sommation des cotes apparaissant à chacune des colonnes et inscrivez le résultat à la ligne 3.6.
Pour chacune des colonnes, reportez à la ligne 3.8 (pointage admissible) le chiffre le moins élevé des lignes 3.6 (total) et 3.7 (maximum autorisé). Procédez à la sommation des chiffres apparaissant à cette ligne et inscrivez le résultat à la ligne 3.9.
Cette opération complétée, reportez à la ligne 3.17 le total ainsi obtenu.

1.1 CARACTÉRISTIQUES DE L’USAGER

1.1.1Distinction entre l’état et le fonctionnement
— L’état réfère à une tendance, à une prédisposition, à une condition donnée. Pour certaines dimensions (physique et relationnelle), l’état peut faire l’objet d’une observation à partir des signes et symptômes présentés par l’usager, ainsi que par ses attitudes ou comportements. Pour d’autres dimensions (cognitive, affective et comportementale), l’état doit faire l’objet d’une appréciation générale, soit du niveau intellectuel, de la qualité habituelle de l’affect ou du type de personnalité déterminant une tendance comportementale.
Il est important de retenir que l’état vise à identifier les éléments plus fondamentaux, continus ou permanents de la dimension évaluée. On ne doit donc pas prendre en compte un élément d’ordre temporaire, transitoire ou non-significatif qui serait de nature à affecter l’évaluation de l’état de l’usager pour l’une ou l’autre des dimensions de cette section.
La question à se poser ici:
• Est-il ou n’est-il pas ? OU A-t-il ou n’a-t-il pas ?
— Le fonctionnement représente l’aspect plus dynamique ou conjoncturel de la dimension, l’actualisation, l’opérationnalisation, le degré de réalisation ou d’expression. Pour toutes les dimensions, le type de fonctionnement s’établit à partir d’une observation directe ou indirecte (par personne interposée) des attitudes ou comportements manifestés par l’usager, ou encore des activités qu’il réalise.
Il est important de retenir que le fonctionnement vise à traduire le comportement de l’usager. La régularité et la continuité du fonctionnement se révèlent donc des indicateurs importants pour statuer sur la capacité ou la manière d’être de l’usager en regard de ces dimensions.
La question à se poser ici:
• Le fait-il ? OU Ne le fait-il pas ?
— Exemple concernant la dimension cognitive
Un usager schizophrène, c’est-à-dire avec un problème sévère de santé mentale, qui, en dépit d’une intelligence moyenne ou au-dessus de la moyenne (cote 2 ou 1 pour l’état cognitif), peut n’être fonctionnel pour aucune des composantes cognitives, en regard de l’attention, de la compréhension et du jugement, de la mémoire, de l’orientation dans le temps et dans l’espace (cote 5 pour le fonctionnement cognitif).
1.1.2Particularités de la cotation concernant un enfant
Dans l’évaluation et la détermination de l’état et du fonctionnement d’un enfant, il faut se référer à la façon d’être et de faire de l’ensemble des enfants du même âge. Quelle que soit la dimension considérée, s’il n’y a pas d’écart significatif avec un état ou un fonctionnement dit normal pour cet âge, inscrivez la cote 1. Exemple:
Au plan du fonctionnement physique, il est «normal» qu’un enfant ait besoin d’aide. Si l’aide qu’il requiert est celle normalement dispensée à un enfant du même âge, inscrivez la cote 1 pour l’AVQ considéré. En cas contraire, choisissez la cote décrivant le mieux le fonctionnement de l’usager eu égard à ce qu’il devrait normalement réaliser en fonction de son âge.
Au plan cognitif, pour un bébé, il faut tenir compte du stade (sensori-moteur) du développement de l’intelligence. Il convient particulièrement de porter attention au niveau d’éveil, à la coordination, à la différenciation des personnes de son entourage, etc. Il est normal qu’un jeune enfant n’actualise pas l’ensemble des fonctions cognitives au même titre qu’un adulte. Par exemple, un bébé d’un mois est considéré fonctionnel pour l’ensemble de ces dimensions. À cet âge, on ne s’attend pas à ce qu’il puisse assumer ces fonctions. Par contre, si on a déjà évalué des problèmes relatifs à ces dimensions, on doit les prendre en compte.
Au plan émotionnel ou comportemental, l’identification des caractéristiques de l’enfant ou du bébé doit aussi être relativisée en fonction de la façon d’être ou de faire habituelle notée chez des enfants du même âge.
Au plan relationnel et social, un bébé de 2 mois qui n’a pas d’interaction avec les réseaux sociaux mis à part celui parental est considéré interagir avec la totalité des réseaux mis en cause dans la mesure ou cette interaction est significative.
1.1.3Choix des descripteurs
Pour chacune des dimensions (physique, cognitive, affective, comportementale et relationnelle), vous devez identifier le descripteur le plus représentatif de l’usager concernant son état et son fonctionnement (voir page 8). La cote 1 décrit toujours l’état ou le fonctionnement le meilleur ou le plus positif, alors que la cote 5 décrit l’état ou le fonctionnement le pire ou le plus négatif d’une même dimension.
Afin de choisir le bon descripteur, il est important de considérer la signification associée à l’état et au fonctionnement de chacune des dimensions.
□ DIMENSION PHYSIQUE (3.1)
L’état physique réfère à la présence ou non de déficiences organiques (maladies), physiques (motrices) ou sensorielles (auditives ou visuelles).
◊ Un état de santé réfère à la condition de santé en général en référence à la présence ou l’absence de maladie ou de déficience organique chez l’usager.
◊ Une déficience physique (motrice) ou sensorielle (auditive ou visuelle) réfère à une perte ou anomalie permanente d’un membre ou d’un organe sensoriel.
Exemples:
• un usager est considéré présenter une déficience visuelle lorsque son état visuel lui cause une incapacité l’empêchant d’avoir un rendement satisfaisant dans une tâche visuelle habituelle avec une correction ophtalmique conventionnelle. Par exemple, lire, écrire, circuler, etc.
• une anomalie auditive présentée par un usager est considérée comme une déficience seulement lorsqu’elle entraîne une perte significative de l’ouïe qui génère chez la personne une limite dans sa capacité d’entendre adéquatement. À ce titre, la définition donnée par la Commission des centres de réadaptation pour personnes ayant une déficience physique de l’Association des centres d’accueil du Québec s’applique:
«Toute personne dont l’évaluation de l’ouïe révèle une diminution permanente de l’acuité auditive ou de la capacité de discriminer la parole qui la limite dans sa capacité de percevoir le langage parlé et les sons de l’environnement au point de connaître des obstacles à son intégration sociale, professionnelle et scolaire.»
◊ Les déficiences organiques ou maladies telles l’épilepsie, la sclérose en plaque, les problèmes cardiovasculaires, l’arthrite, le diabète, le cancer, etc. sont considérées comme des problèmes de santé et ce, quel que soit le degré de présence ou de contrôle de la maladie.
◊ Les maladies ou malaises occasionnels ou ponctuels tels la grippe, la varicelle, etc. n’ont pas à être considérés comme des problèmes de santé.
Lefonctionnement physique
◊ (Ligne 3.1, colonne C.3). Réfère à l’autonomie de la personne eu égard à la réalisation des activités nécessaires au maintien de sa santé et concernant sa capacité de communiquer.
◊ (Lignes 3.1.1 à 3.1.5, colonne C.3). Réfère à la capacité de l’usager d’accomplir chacune des activités de la vie quotidienne (AVQ).
◊ Pour chacun des AVQ, soit: l’hygiène personnelle, l’alimentation, l’habillement, les fonctions d’élimination et la mobilité, il s’agit de déterminer si l’usager arrive à se débrouiller et à être autonome pour chacune de ces activités quels que soient les moyens techniques qu’il doive utiliser (prothèse, orthèse, fauteuil roulant, barres d’appui, canne, ustensiles adaptés, attaches de velcro, couches, etc.).
◊ Pour un usager dont la fonctionnalité varie dans le temps pour un AVQ, inscrivez la cote 3 qui indique le point milieu.
Exemples:
• Un usager en fauteuil roulant est considéré fonctionnel pour la mobilité s’il arrive à se déplacer sans aide.
• Un usager qui a besoin d’aide pour se rendre à la salle de bain, mais qui fait seul sa toilette personnelle, est fonctionnel pour l’hygiène mais non fonctionnel pour la mobilité.
• Une personne que l’on doit accompagner dehors l’hiver uniquement par crainte qu’elle ne tombe mais qui, en toute autre circonstance, n’a pas de difficulté dans ses déplacements est considérée autonome en regard de cette activité. Le problème est davantage lié à la présence d’un «obstacle» avec lequel il doit trouver des moyens adéquats pour le surmonter.
• Une personne que l’on doit accompagner uniquement par crainte qu’elle ne fugue est considérée autonome dans ses déplacements. C’est le besoin de surveillance du comportement de la personne qui est en cause et non un problème lié à son autonomie en regard de sa mobilité.
□ DIMENSION COGNITIVE (3.2)
L’état cognitif réfère à une appréciation générale du niveau intellectuel.
◊ Elle ne requiert pas nécessairement une évaluation du potentiel intellectuel de l’usager au moyen d’un test de QI.
◊ Elle implique une comparaison avec la population globale du même âge.
◊ Il s’agit ici de déterminer à partir des informations disponibles, le descripteur qui représente le mieux l’usager.
◊ Lorsqu’une maladie ou un accident a des conséquences sur l’état cognitif de l’usager, on doit coter en fonction de l’état que présente l’usager suite à cette maladie ou accident à condition que cet état ne soit pas transitoire mais ait de fortes probabilités de se maintenir. La maladie d’Alzheimer et les accidents cérébro-vasculaires en sont des exemples.
◊ Exemple: l’usager souffrant d’Alzheimer au stade le plus avancé cotera probablement 5, c’est-à-dire «se présentant comme ayant une déficience cognitive sévère ou profonde».
Lefonctionnement cognitif concerne l’accomplissement de l’un ou l’autre des 5 principaux processus cognitifs: attention, compréhension, jugement, mémoire et orientation dans le temps et dans l’espace.
◊ Il s’agit de déterminer si l’usager réussit à réaliser seul chacune des fonctions dont il est fait mention dans cette dimension sans intervention, peu importe qu’il s’agisse de stimulation, d’assistance ou de tout autre genre d’intervention. Un usager qui arrive à se débrouiller et à actualiser les principales fonctions cognitives est considéré autonome, quels que soient les moyens techniques qu’il doive utiliser (repères topographiques, aide-mémoire, apprentissages et conditionnements, répertoire de mises en situation, formules-types, etc.).
Bref, il faut que le fonctionnement, pour qu’il puisse être jugé non fonctionnel, se distingue de manière significative de celui que l’on retrouve généralement dans la population du même âge que l’usager.
◊ Pour un usager dont la fonctionnalité, quant au nombre de composantes cognitives, varie de façon épisodique dans le temps (à cause, par exemple, de fluctuations importantes dans la tolérance au stress), inscrivez la cote 3 qui est le point milieu.
◊ Si l’usager présente une ou plusieurs difficultés à ce chapitre, il faut la ou les considérer seulement si elles se traduisent par des impacts majeurs et significatifs dans les activités quotidiennes de l’usager.
Exemple:
• Un usager présentant une déficience intellectuelle, qui n’a pas intégré le concept abstrait d’espace, est considéré fonctionnel pour son orientation dans l’espace s’il arrive, par des repères extérieurs ou suite à un conditionnement, à se déplacer de son milieu de vie aux endroits où il doit habituellement se rendre.
□ DIMENSION AFFECTIVE (3.3)
L’état affectif réfère à l’appréciation générale de la qualité habituelle de l’affect de l’usager. Il concerne autant les états de plaisir, de neutralité ou de déplaisir simples ou complexes (exemples: insécure, anxieux, angoissé, serein, heureux, etc.).
Lefonctionnement émotionnel réfère au degré de contrôle exercé par l’usager dans l’expression de ses émotions et non pas à la nature de l’émotion telle la peur, la tendresse, la joie ou la colère.
□ DIMENSION COMPORTEMENTALE (3.4)
L’état comportemental réfère à une forte probabilité, à une propension ou à une tendance chez l’usager à agir ou à réagir selon un certain modèle comportemental, compte tenu de sa personnalité.
Lefonctionnement comportemental concerne la façon d’agir ou de réagir de l’usager, en ce qui regarde le plus ou moins grand respect de soi et des autres (modèle comportemental habituel démontré).
□ DIMENSION RELATIONNELLE ET SOCIALE (3.5)
L’état relationnel et social situe l’usager par rapport à la diversité des réseaux sociaux avec lesquels il interagit de manière significative, excluant les interactions dans la ressource, quelle que soit sa façon d’interagir. Ainsi, si les interactions de l’usager se limitent aux gens de sa ressource, y compris les autres usagers, il est considéré ne bénéficier d’aucun support significatif des réseaux sociaux identifiés (cote 5).
Exemples:
• Un usager qui a toujours entretenu des interactions avec l’ensemble des réseaux mais qui en raison de circonstances particulières n’interagit plus avec un ou plusieurs réseaux doit être coté en fonction de l’importance de ce changement. S’il apparaît significatif, c’est-à-dire qu’il constitue plus qu’une «boutade» passagère eu égard au réseau mis en cause, on doit coter que la personne n’interagit pas avec ce réseau.
• Un usager qui rencontre son intervenant social est considéré avoir un lien avec le réseau formel ou institutionnel à condition que l’interaction soit significative, c’est-à-dire présenter un caractère de régularité et de continuité. L’intervenant social est un intervenant du réseau des services au même titre qu’un médecin, un infirmier, un psychologue, etc.
Lefonctionnement relationnel et social réfère à la façon d’interagir, c’est-à-dire d’entrer en contact avec les autres, quels que soient les personnes ou les réseaux sociaux de l’usager.


DESCRIPTEURS: DESCRIPTEURS:


3.8 PHYSIQUE: ÉTAT PHYSIQUE: FONCTIONNEMENT (SUITE)


L’usager présente: ALIMENTATION-HABILLEMENT-HYGIÈNE:
l’usager réalise:

1 un bon état de santé et n’a aucune 1 seul la totalité des tâches requises.
déficience physique ou sensorielle. 2 seul la majorité des tâches requises.
2 un bon état de santé, mais a une ou 3 seul la moitié des tâches requises.
plusieurs déficience(s)physique(s) ou 4 seul une minorité des tâches
sensorielles ou les 2. requises.
3 un ou plusieurs problème(s) de santé, 5 aucune des tâches requises.
mais n’a aucune déficience physique
ou sensorielle. ÉLIMINATION: l’usager:
4 un ou plusieurs problèmes de santé et
une ou plusieurs déficiences physiques 1 n’a jamais d’accident de toilette et
ou sensorielles. réalise toutes les opérations des
5 un ou plusieurs problèmes de santé et fonctions d’élimination de façon
une ou plusieurs déficiences physiques autonome.
et sensorielles. 2 n’a jamais d’accident de toilette,
mais ne réalise pas toujours
l’ensemble des activités liées aux
fonctions d’élimination (emploi du
PHYSIQUE: FONCTIONNEMENT papier de toilette, tirer la chasse
(autres que les A.V.Q.): d’eau, remettre ses vêtements, etc.).
3 a quelques fois des accidents de
L’usager: toilette, mais réalise toutes les
activités liées aux fonctions
1 est capable de s’occuper seul de tout d’élimination.
ce qui concerne sa santé et communique 4 a quelques fois des accidents de
sans problème. toilette et ne réalise pas toujours
2 éprouve des difficultés à réaliser l’ensemble des activités liées aux
certaines activités liées à sa santé fonctions d’élimination.
ou doit utiliser un langage substitut 5 a toujours des accidents de
pour se faire comprendre. toilette et est dépendant pour les
3 éprouve des difficultés à réaliser la opérations d’élimination.
majorité des activités liées à sa
santé ou pour se faire comprendre. MOBILITÉ: l’usager:
4 éprouve des difficultés majeures à
réaliser certaines des activités 1 réalise seul tous ses déplacements
liées à sa santé ou pour se faire et ses transferts.
comprendre. 2 réalise seul la majorité de ses
5 éprouve des difficultés majeures à déplacements et tous ses transferts.
réaliser la majorité des activités 3 réalise seul une minorité de ses
liées à sa santé. déplacements et tous ses transferts.
4 ne peut réaliser seul ses transferts.
5 ne peut réaliser seul ses
déplacements et ses transferts.


3.9 COGNITIF: ÉTAT COGNITIF: FONCTIONNEMENT


L’usager se présente comme ayant: - Attention - Compréhension
- Jugement - Mémoire - Orientations
1 une intelligence au-dessus de la dans le temps et l’espace
moyenne.
2 une intelligence moyenne ou normale. L’usager est fonctionnel pour:
3 une intelligence frontière ou lente.
4 une déficience cognitive légère ou 1 la totalité des composantes (5/5)
moyenne. 2 la majorité des composantes (4/5).
5 une déficience cognitive sévère ou 3 la moitié des composantes (3 ou 2/5).
profonde. 4 la minorité des composantes (1/5).
5 aucune des composantes (0/5).


3.10 AFFECTIF: ÉTAT ÉMOTIONNEL: FONCTIONNEMENT


L’usager se présente comme ayant
un affect: L’usager exprime habituellement ses
émotions de façon:
1 flexible ou adapté (capacité
apparente à ressentir la gamme 1 équilibrée (contrôle optimal,
des états affectifs). expression appropriée).
2 plat (apparence de détachement, 2 stéréotypée (contrôle appris,
d’absence, de neutralité, automatisme dans l’expression).
d’indifférence). 3 inhibée (contrôle exagéré,
3 mélancolique (tendance à la expression refoulée).
tristesse, au pessimisme, à la 4 instable (contrôle irrégulier,
dépression, à la vision négative). expression imprévisible).
4 labile (tendance à l’instabilité, à 5 impulsive (absence ou manque
l’imprévisibilité, à l’inconstance). important de contrôle, expression
5 euphorique (tendance à l’exagération, immodérée, irréfléchie).
à l’exubérance, à la surexcitation).


3.11 COMPORTEMENTAL: ÉTAT COMPORTEMENTAL: FONCTIONNEMENT


L’usager présente une tendance à des L’usager agit généralement de façon
comportements:

1 appropriés aux circonstances 1 assertive (affirmation positive de
(normalité). soi adaptée sociale d’où respect
2 marginaux, bizarres (marginalité). de soi et des autres).
3 excessifs de passivité (démesure dans 2 conciliante, conformiste, trop
la tendance à l’inactivité). tolérante.
4 perturbateurs, provocateurs ou 3 entêtée, rigide, butée ou instable.
hyperactifs (démesure dans la 4 manipulatrice.
tendance à l’activité). 5 agressive, violente (non-respect
5 compulsifs, imprévisibles ou non de soi et des autres).
contrôlés (déviance).
___________________________________________________________________________________

3.12 RELATIONNEL: ÉTAT RELATIONNEL ET SOCIAL:
FONCTIONNEMENT

___________________________________________________________________________________

- avec lien de parenté (famille nucléaire
oui élargie)
- sans lien de parenté (amis, voisins, L’usager manifeste:
pairs)
- formel ou institutionnel (intervenants 1 une capacité d’approche ou de
du réseau de services) retrait selon les circonstances
- informel ou communautaire (groupes (flexible, adapté).
d’entraide, groupes de loisirs, etc.) 2 de la crainte dans les relations
sociales (timide, réservé, sans
L’usager bénéficie d’un support retrait excessif).
significatif de: 3 de l’instabilité ou de la témérité
dans les relations sociales
1 la totalité des réseaux (4/4). (imprévisible, imprudent).
2 la majorité des réseaux (3/4). 4 un retrait social démesuré
3 la moitié des réseaux (2/4). (isolé, replié sur soi).
4 la minorité des réseaux (1/4). 5 un attrait social démesuré
5 aucun des réseaux (0/4). (envahissant, étouffant,
«social addict»).



1.2 Caractéristiques de l’intervention

Les caractéristiques de l’intervention requise de la ressource doivent être précisées pour chacune des 5 dimensions et s’inscrire en continuité avec l’état et le fonctionnement de la personne.
Les caractéristiques de l’intervention à notifier doivent être celles qui, en fonction de l’âge de l’usager, vont au-delà de ce qui est normalement attendue de la ressource eu égard à la dimension considérée. Par exemple, le fait qu’une ressource doive habiller un bébé de 3 mois n’a pas à être pris en compte. En pareille circonstance, on doit indiquer qu’aucune intervention spécifique n’est requise en inscrivant la cote 0. Par contre, cette même activité doit être notifiée pour un adulte, puisque à cet âge, dans la population en général, une personne est autonome.
□ Nature de l’intervention (C.4)
La nature de l’intervention doit être déterminée pour chacune des dimensions et ce, uniquement en fonction de ce qui est attendu de la ressource, conformément au plan d’intervention concernant l’usager. L’intervention réalisée, dans la ressource ou ailleurs, par un intervenant d’un établissement n’a pas à être considérée dans le cadre de cette cotation. Pour les dimensions où aucune intervention spécifique n’est attendue de la ressource, si ce n’est que de répondre adéquatement au besoin de la personne, on doit considérer qu’aucune intervention n’est requise (cote 0).


Cote Descripteurs - Nature de l’intervention


0 Intervention normalement attendue qui n’a pas à être précisée au plan
d’intervention.


1 Vérification: Examiner de manière à pouvoir établir si l’usager réalise
adéquatement ce qui est attendu de lui (comportement, expression de soi,
activité, etc.).


2 Assistance: Aider l’usager à s’exprimer, à réaliser une activité ou à faire
un choix parmi certains choix qui s’offrent à lui.


2 Stimulation: Suggérer par des paroles ou des gestes le comportement, les
attitudes, les expressions, les actions que doit accomplir ou manifester
l’usager y incluant le maintien des acquis.


3 Contrôle: Intervenir d’autorité auprès de l’usager afin d’arrêter ou de
susciter un comportement.


3 Suppléance: Poser des gestes, réaliser des activités, en lieu et place de
l’usager concerné y incluant des services relatifs à sa santé physique que
lui-même devrait normalement assumer.


4 Apprentissage: À l’aide de paroles, de gestes, d’exemples, faire acquérir à
l’usager ou lui réapprendre les connaissances (savoir), les attitudes
(savoir-être) ou les comportements (savoir-faire) spécifiques, requis à son
bon fonctionnement et les modalités nécessaires pour les utiliser,
nommément désignés au plan d’intervention ou poursuivis dans le cadre
d’objectifs spécifiques.


4 Évaluation: Participer à l’établissement d’un diagnostic permettant de
préciser les services requis par un usager ou de déterminer l’orientation
à privilégier le concernant. (Nous référons ici au diagnostic posé par des
professionnels reconnus).

□ Expertise requise (C.5)
L’expertise requise de la ressource doit être déterminée pour chacune des dimensions en fonction des capacités ou connaissances nécessaires à l’accomplissement des tâches attendues d’elle.


Cote Descripteurs - Expertise requise


0 Aucune expertise particulière n’est requise, considérant qu’aucune
intervention spécifique n’est prévue au plan d’intervention.


1 Les capacités «naturelles» se révèlent habituellement suffisantes
afin d’assurer à l’usager les services que sa situation requiert.


2 Les services requis par l’usager exigent habituellement des connaissances
ou des habiletés particulières.


3 Les services requis par l’usager exigent habituellement la présence de
personnes ayant une formation pertinente ou une expérience jugée
équivalente.


5 Les services requis par l’usager exigent habituellement la présence de
personnes ayant une formation et une expérience pertinentes.


7 Les services requis exigent habituellement la présence de personnes ayant
une formation collégiale ou universitaire et une expérience pertinente.


2. SERVICES DE BASE REQUIS PAR L’USAGER ET ASSUMÉS PAR LA RESSOURCE

Cette section permet d’identifier les activités de la vie domestique et le soutien ou support requis par l’usager et devant être assumés par la ressource.
Inscrivez pour chacun des éléments de cette section (3.10 à 3.15), la cote associée au descripteur correspondant aux besoins de l’usager et devant être assurés par la ressource, à partir des choix qui vous sont offerts dans le tableau ci-après. Par la suite, procédez à leur sommation. Reportez le total ainsi obtenu à la ligne 3.16.


3.10 Services d’alimentation 3.11 Services de buanderie

Cote Descripteur Cote Descripteur
0 Aucun repas requis 0 Aucun service requis
2 Un repas - préparation ou aliments 2 Aide partielle
fournis 3 En totalité
4 Un repas - préparation et aliments
fournis
4 2 repas - préparation ou aliments
fournis
6 2 repas - préparation et aliments
fournis
8 3 repas - préparation ou aliments
fournis
12 3 repas - préparation et aliments
fournis


3.12 Services d’entretien ménager 3.13 Présence d’une personne sur
place habilitée à intervenir

Cote Descripteur Cote Descripteur
0 Aucun 0 Non requis
2 Aide partielle 1 Quelques heures PAR MOIS
4 En totalité 2 Quelques heures PAR SEMAINE
Si s’ajoute en fin de semaine:
- une présence quotidienne de
24 heures sur 24, inscrivez 9 au
lieu de 2
4 Quelques heures PAR JOUR
Si s’ajoute en fin de semaine:
- une présence quotidienne de
8 heures, inscrivez 6 au lieu
de 4;
- une présence quotidienne de
16 heures, inscrivez 8 au lieu
de 4.
8 Présence quotidienne continue de
8 HEURES
Si s’ajoute en fin de semaine:
- une présence quotidienne de
8 heures supplémentaires,
inscrivez 10 au lieu de 8;
- une présence quotidienne de
16 heures supplémentaires,
inscrivez 12 au lieu de 8.
16 Présence quotidienne continue
de 16 HEURES
Si s’ajoute en fin de semaine:
- une présence quotidienne de
8 heures supplémentaires,
inscrivez 18 au lieu de 16.
24 Présence quotidienne continue de
24 HEURES


3.14 Présence d’une personne éveillée 3.15 Personne supplémentaire
la nuit (en sus de 3.13 ou 3.14) prête à
intervenir sur demande ou sur
appel

Cote Descripteur Cote Descripteur
0 Non requis 0 Non requis
8 Requis 2 Le jour ou le soir ou les deux
3 La nuit
4 24 heures sur 24




3. CLASSIFICATION DES SERVICES


Cette section permet d’identifier le niveau de services requis par l’usager et
assumé par la ressource de même que le type d’organisation résidentielle.

- À la ligne 3.17, procédez à la sommation des résultats que vous avez reportés à
cette ligne.

- À la ligne 3.18, inscrivez le niveau de service correspondant au pointage obtenu:
___________________________

Niveau 1: 15 à 89 points
Niveau 2: 90 à 109 points
Niveau 3: 110 à 127 points
Niveau 4: 128 à 142 points
Niveau 5: 143 à 165 points

___________________________

- À la ligne 3.19, inscrivez le chiffre correspondant au type d’organisation
résidentielle de la ressource.

1- Appartement L’appartement est un lieu où réside seul(s) un ou
plusieurs usagers.

2- Maison de chambre L’usager occupe une chambre à l’intérieur d’une
installation avec ou sans pièces communes ou activités
de groupe.

3- Maison d’accueil La maison d’accueil est un milieu où résident les usagers
et la ou les personnes qui assument les services de soutien
ou d’assistance en tout ou en partie.

4- Résidence de groupe Les usagers partagent leur quotidien à l’intérieur d’une
installation où des personnes différentes se relaient afin
d’assurer, en tout ou en partie, la dispensation des
services de soutien ou d’assistance.

5- Autres types

PARTIE C - IDENTIFICATION DE LA RESSOURCE

Cette section permet d’identifier la ressource concernée, la rétribution qui lui est versée et le programme clientèle ou champ d’action concerné.
— Aux lignes 4.1 à 4.4, inscrivez, dans les espaces prévus à cet effet, les coordonnées de la ressource identifiée pour assumer les services d’hébergement et d’assistance requis par l’usager.
— À la ligne 4.5, inscrivez le montant quotidien convenu entre la ressource et l’établissement pour la dispensation des services d’hébergement et de soutien ou d’assistance. Ce montant inclut la contribution de l’usager.
Procédez au calcul nécessaire pour établir le montant quotidien, si l’entente est sur base hebdomadaire, mensuelle ou annuelle.
— À la ligne 4.6, inscrivez le numéro correspondant au programme clientèle ou champ d’activités concerné:
1- Santé physique
2- Santé mentale
3- Santé publique
Adaptation sociale
4- Jeunes et leur famille
5- Alcoolisme et toxicomanies
6- Autres
Intégration sociale
7- Personnes âgées en perte d’autonomie
8- Déficience intellectuelle
9- Déficience physique
10- Autres
A.M. 2000-017, Ann. 1.